Volume XXV Numéro 2, 28 SEPTEMBRE 1998
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Réorganisation de la Direction
Un vice-rectorat consacré exclusivement à la formation


Adoption du budget révisé
De nouvelles compressions qui s'élèveront à près de 2 M $



SOMMAIRE DU NUMÉRO

Fondation UQAM
Campagne de développement 1998-1999


Recherches de pointe en linguistique
Pour mieux dialoguer avec l'ordinateur


Nouvelle direction à l'École des sciences de la gestion

Forum sur la dimension plurielle de la société québécoise

Colloque le 2 octobre
Un fossé entre l'art actuel et le public ?


La formation de l'acteur au coeur des débats

Nouveau partenariat en tourisme

Concoursdes droits humains
Meilleure plaidoirie


Cocktail de la rentrée

La Fondation épaule seize nouveaux étudiants

Des étudiants japonais s'initient à l'animation 3D
Design graphique
Des étudiants qui se démarquent!


Médailles du Gouverneur général

Collation des grades en mode

LETTRE À L'UQAM
Où sommes-nous?


Faites marcher vos doigts

AVIS DE VACANCES ET APPELS DE CANDIDATURES

Doyenne, doyen de la Faculté des sciences

Doyenne, doyen de la Faculté des sciences humaines

Doyenne, doyen du Secteur (École) des sciences de la gestion

Doyenne, doyen du Secteur des lettres et communications

Réorganisation de la Direction

Un vice-rectorat consacré exclusivement à la formation
Mme Lynn Drapeau, vice-rectrice à la formation

Le nouveau Vice-rectorat à la formation (VRF), sous la direction de Mme Lynn Drapeau, procède actuellement à la mise en place de la structure administrative qui sera désormais la sienne. Premiers changements réalisés? Le passage du dossier de la recherche à un vice-rectorat distinct; puis, le rattachement, au VRF, des facultés, secteurs et écoles, ainsi que le rapatriement des Centres d'études universitaires, de la formation sur mesure et de la formation associée aux Services aux collectivités. Autant de transformations qui axent dorénavant le VRF sur la mission première de l'Université.

Le VRF traverse aussi présentement une période de transition marquée par un double mouvement. D'une part, on assiste à une décentralisation progressive des responsabilités vers les secteurs ou facultés. Ainsi, d'expliquer Mme Drapeau, les sous-commissions à la programmation seront éventuellement supprimées, au fur et à mesure que les nouveaux conseils académiques, détenteurs de pouvoirs accrus en ce domaine, se mettront en place. D'autre part, on recentre les activités du VRF autour de deux nouvelles entités, qui seront opérationnelles d'ici janvier, soit un Bureau des ressources académiques et un Bureau des études. À noter que la création de ces Bureaux présuppose l'abolition prochaine des décanats à la programmation1.

La sectorisation: où en est-on?
Mme Drapeau tient à rappeler que le processus de sectorisation va bon train: quatre secteurs ou facultés sont déjà créés2 et deux sont en voie de l'être. «La consultation est très avancée en Arts, où un porte-parole a été nommé. En Éducation, ils en sont à peaufiner leur projet». La mise en place de la structure sectorielle, et plus particulièrement des Conseils académiques, s'avère d'ailleurs une des priorités du VRF. «Avant, on a dressé le plan de cette structure, maintenant on l'implante. Or, on se doit d'apporter autant de soins à l'implantation qu'à la conception. L'opération se fait graduellement, mais c'est majeur», d'ajouter la vice-rectrice.

Bureau des études et Bureau des ressources
«Depuis la rentrée, précise Mme Drapeau, nous avons effectué beaucoup de travail dans les décanats à la programmation, en examinant chacune des tâches accomplies afin d'évaluer, de concert avec les doyens de facultés, lesquelles peuvent être décentralisées». De la formation sera donnée au personnel concerné et des transferts de ressources sont envisageables, quoique, tient à rappeler la vice-rectrice, «les décanats à la programmation fonctionnaient déjà avec des effectifs réduits». Par ailleurs, le VRF entend maintenir une structure d'expertise centrale, plus légère toutefois, avec la création du Bureau des études, lequel intégrera les trois cycles. «Si on veut qu'il s'opère une réelle synergie des préoccupations au premier cycle et aux cycles supérieurs, on doit, à mon avis, les traiter dans un lieu commun», d'expliquer la vice-rectrice.

Ce Bureau des études sera composé de personnes ayant une expertise institutionnelle reconnue dans les dossiers liés à l'encadrement, à la pédagogie et à l'évaluation de programme. Il aura notamment pour mission de soutenir les initiatives des facultés ou secteurs ainsi que de formuler des avis à la CE en ce qui a trait à la programmation. Son rôle, précise Mme Drapeau, s'avérera important en ce qui concerne le maintien de la cohérence et de la cohésion institutionnelle en matière de formation aux trois cycles.

Par ailleurs, on s'apprête à centraliser sous un guichet unique, toutes les demandes d'allocation de ressources3 provenant des unités académiques. À compter de janvier, c'est le nouveau Bureau des ressources qui assurera ce service. Il sera appelé, notamment, à rationaliser les demandes, à en faire un suivi et à agir comme intermédiaire entre les unités académiques et les services de l'Université lors des allocations de budgets ou d'espaces. À noter que le poste de directeur ou de directrice du Bureau des ressources, ainsi que celui du Bureau des études, seront incessamment ouverts.

La clé du succès
Enfin, Mme Drapeau a tenu à souligner que les transformations présentement en cours visent une meilleure synergie des efforts pour assurer la pertinence et la qualité de la formation. «Tous les changements se font en concertation avec l'ensemble des personnels impliqués: c'est là la clé du succès!» d'affirmer la vice-rectrice.


  1. Soit le Décanat des études de premier cycle et le Décanat des études de cycles supérieurs et de la recherche.
  2. Soit l'École des sciences de la gestion, la Faculté des sciences, la Faculté des sciences humaines et le Secteur des lettres et communications.
  3. On entend ici les ressources humaines non enseignantes ainsi que d'autres types de ressources académiques (locaux, appareillage scientifique, etc.)