Volume XXV Numéro 3, 13 OCTOBRE 1998
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Manitou ouvre la porte de la bibliothèque universelle

Désignation des doyens
Suffrage universel pondéré


Recherche et expérimentation en danse




SOMMAIRE DU NUMÉRO

Bibliothèque virtuelle
60 000 $ de Bell Canada


Les sciences de la vie et la chimie: un savoir utile et des programmes performants

Physique, mathématiques et informatique
Favoriser une collaboration optimale entre les universités


L'interdisciplinarité, un thème qui mérite réflexion !

La mineure en étude de la population:
Un parti-pris interdisciplinaire, multidépartemental mais aussi ... interfacultaire


Rapprochement modules/départements
Meilleure intégration des programmes de tous les cycles


Subventions CRSH à la recherche
Nos chercheurs se surpassent


Bourses de doctorat CRSH 1998-1999
Le plus haut taux de succès en cinq ans


Le CIRST en plein élan: nouveau protocole, nouvelle subvention

La grossesse à l'adolescence: un enjeu social d'envergure

En cas de divorce ou de séparation
Comment protéger les droits de l'enfant ?


Pouvoir et démocratie dans les groupes de femmes

Colloque de l'Association d'économie politique
Réflexion sur le développement des métropoles


Paix au Moyen-Orient
Un colloque se penchera sur les enjeux et les solutions


Concours FCAR et CRSH
Toute une performance pour les chercheurs du CREFÉ!


Nouvelles activités de la Chaire Bombardier
Vers des liens plus étroits entre l'Université et le monde des entreprises

Thérèse Paquet-Sévigny reçoit la médaille Marie-Curie

Traitement plus rapide des demandes d'admission

Nouvelle registraire

21 nouveaux boursiers du CRSNG

Frontières: 10 ans déjà!

Galerie de l'UQAM
Les machines à l'honneur


SOUTENANCES DE THÈSE

COMMISSION DES ÉTUDES

VITE LU

Rapprochement modules/départements

Pour une meilleure intégration des programmes de tous les cycles
M. Réginald Trépanier, du Décanat des études de premier cycle.

Cet été, un comité, chargé par la Commission des études de poursuivre la réflexion sur le rapprochement entre les modules et les départements, remettait son rapport qui, depuis, a été acheminé aux Facultés en tant que document-cadre. Créé l'an dernier dans le contexte de la réorganisation académique à l'UQAM, le comité avait pour mandat d'analyser les modalités relatives au rapprochement modules/départements et ses impacts sur, notamment, les études supérieures et l'harmonisation des programmes à tous les cycles. Il devait également définir un cadre général suffisamment souple pour s'adapter à la diversité des situations dans les Facultés.

Pourquoi un rapprochement ?
Comme l'explique Réginald Trépanier, du décanat des études de premier cycle et secrétaire du comité, «on a constaté, au fil des années, que la double structure modules/départements avait produit dans certains cas des effets pervers. Ainsi, les programmes de premier cycle, relevant des modules, n'avaient pas été suffisamment pris en charge par les départements. Par ailleurs, d'autres problèmes ont surgi tels que les lacunes en matière d'encadrement des étudiants au premier cycle et un taux d'abandon élevé. Bref, des correctifs s'imposaient».

Le rapprochement a pour objectifs: d'assurer une responsabilisation plus grande des professeurs (ou des départements) à l'égard des programmes de premier cycle; de favoriser une meilleure intégration des programmes à tous les cycles; de rapprocher les programmes des activités de recherche/création. «Le rapprochement, ajoute M. Trépanier, vise une plus grande synergie, ce qui devrait se traduire par un encadrement plus soutenu des étudiants et donc une meilleure formation».

Maintenir les acquis de la double structure
En dépit des problèmes constatés, les forces de la structure modulaire ­ comme lieu d'élaboration de programmes, lieu d'accueil et de participation étudiante active1, lieu de représentation du monde socio- économique ­ doivent être préservées, indique le rapport. Selon M. Trépanier, «il faut conserver les avantages de la culture modulaire, comme la responsabilisation des étudiants à l'égard de leur propre formation, la présence de représentants du milieu socio-économique dans les comités de programme, surtout ceux à caractère professionnel, et une ouverture bien ciblée à la multidisciplinarité permettant aux étudiants d'acquérir une formation complémentaire».

Créer des comités de programme
Le rapport propose la création, à tous les cycles d'études, de comités de programmes qui seraient responsables de la définition des objectifs des programmes, de leur évaluation et révision, de la préparation des commandes de cours, de l'évaluation des enseignements, de l'admission, de l'accueil et de l'encadrement des étudiants, etc. À titre indicatif, le rapport établit une typologie des programmes dans chaque Faculté, selon trois catégories: des programmes départementaux (axés sur une discipline principale), facultaires2 (supportés par deux ou trois départements dans une même Faculté), et interfacultaires (ayant deux ou plusieurs vis-à-vis départementaux de Facultés différentes).

Les comités de programme comprendraient un nombre égal d'étudiants et d'enseignants et pourraient administrer plusieurs programmes. Ils seraient présidés par un professeur (directeur ou responsable) désigné par eux3. Un même professeur pourrait être directeur d'un ou de plusieurs programmes de même type ou de types différents4, ainsi que de plusieurs programmes de cycles différents. «Au premier cycle, souligne M. Trépanier, les comités de programme auront le même mandat que celui des conseils de modules. Ils devront toutefois se concerter avec les départements dans un esprit de coresponsabilité».

Le rapport suggère également la formation d'équipes pédagogiques de programme regroupant des professeurs et des chargés de cours. «Celles-ci, de préciser M. Trépanier, ne cherchent pas à se substituer aux comités de programme mais représentent, pour les enseignants, des outils de concertation pédagogique visant à améliorer la formation des étudiants.»

Perspectives
Au cours des prochaines semaines, chaque Faculté aura à statuer sur le rattachement départemental ou facultaire des programmes, examiner leur configuration d'ensemble et veiller au processus de nomination des responsables de programme5. Les doyens de Faculté devront aussi se pencher sur les possibilités de rapprochement géographique et administratif entre les programmes de premier cycle et les départements. «Nous espérons, conclut M. Trépanier, que le rapprochement modules/départements permettra une plus grande continuité dans la formation des étudiants aux trois cycles d'étudesð.


  1. Signalons que les conseils de modules, responsables des programmes de premier cycle, permettent une représentation étudiante paritaire
  2. Il est convenu que les programmes départementaux seraient rattachés à un département (le comité de programme et l'assemblée départementale ayant à travailler en association), alors que les programmes facultaires seraient rattachés directement à la Faculté.
  3. Dans le cas de programmes départementaux, quel que soit le cycle d'étude, la nomination du directeur de programme devra être approuvée par le département.
  4. Il peut s'agir d'un ou plusieurs baccalauréats; d'un ou plusieurs certificats; ou de baccalauréats et certificats.
  5. À noter également qu'un comité technique a été créé afin de revoir les règlements nos 3, 5 et 8 de l'UQAM (certains relatifs aux études de premier cycle et de cycles supérieurs) à la lumière des dispositions contenues dans le rapport du comité sur le rapprochement entre modules et départements.