Volume XXV Numéro 6, 23 NOVEMBRE 1998
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Déclaration universelle des droits de l'Homme
Un Congrès mondial en souligne les 50 ans!


Élection des doyens
Nguyen, Proulx et Riel ont franchi l'étape cruciale


SOMMAIRE DU NUMÉRO



Quelles avenues pour le mouvement communautaire?

Nouveaux programmes de deuxième cycle en kinanthropologie

Développer les habiletés langagières des jeunes enfants

Colloque annuel du TOXEN

Qu'en est-il de la formation en muséologie?

Dix ans au service des diplômés !

Provigo appuie la Chaire Philippe Pariseault

Don du gouvernement chinois

Colloque sur l'enseignement universitaire

Titres d'ici

SOUTENANCES DE THÈSE

VITE LU

Le Midi 15

Championnat canadien de soccer
L'équipe de l'UQAM décroche le Bronze


Centre de design
Images d'architectes

Championnat canadien de soccer

L'équipe de l'UQAM décroche le Bronze
Michel Volet, gérant-général des Citadins et professeur à la retraite de l'UQAM, en compagnie du joueur Anthony Laurent qui arbore la médaille de bronze que son équipe a remportée lors du championnat canadien de soccer qui a eu lieu en novembre dernier.

Six ans après sa création, l'équipe masculine de soccer de l'UQAM peut se vanter, cette année, d'avoir réussi tout un exploit! Non seulement les Citadins ont remporté l'or au championnat québécois (après avoir défait McGill et Concordia), mais encore, ils se sont classés au troisième rang lors du récent championnat canadien.

«C'est une victoire extraordinaire! Je suis très heureux pour les joueurs!», de s'exclamer le gérant-général de l'équipe, Michel Volet. Ce professeur de kinanthropologie maintenant à la retraite, qui a participé à la fondation des Citadins en 1993, a d'ailleurs tenu à rappeler que c'est la première fois qu'une équipe de l'UQAM réalise une telle performance sur le plan canadien.

Les Citadins
L'équipe de l'UQAM regroupe, il est vrai, 22 joueurs de très fort calibre. À preuve, cinq d'entre eux ont été sélectionnés pour faire partie de l'équipe d'Étoiles québécoise 1998. Bien plus, la plupart des joueurs de l'UQAM ont déjà fait partie d'équipes nationales ou de clubs civils1. Le fait qu'une dizaine d'athlètes soient de nationalités différentes a toutefois soulevé la difficulté de concilier divers styles de jeu. Comme le souligne l'entraîneur Christophe Dutarte, chaque pays a sa façon de jouer: «Le talent y était, c'est évident, mais il a fallu travailler les lacunes par la discipline, la motivation et la concentration». Quant à Michel Volet, il n'hésite pas à affirmer que l'équipe a été remarquable. «Les joueurs ont respecté les règles et le protocole de l'USIC [Union sportive interuniversitaire canadienne]. Ils ont maîtrisé leurs émotions pendant les matchs et ont adopté une attitude de fair-play. Bref, ils ont choisi le jeu d'équipe et non le capital individuel».

Concilier sport et études
Pour faire partie d'une équipe de la USIC, il faut obligatoirement étudier à l'université à temps plein. Si la plupart des joueurs sont inscrits au premier cycle, deux sont candidats à la maîtrise alors que le capitaine, Christian N'Dong, poursuit un doctorat en biologie. Comment les joueurs parviennent-ils à concilier leurs études et les exigences du sport de compétition? «Les joueurs, d'affirmer M. Volet, ce sont des étudiants athlètes, pas des athlètes qui étudient. La priorité va à l'académique. Mais lorsqu'on doit jouer trois joutes en trois jours, en plein coeur de la session, il faut aussi avoir la collaboration de plusieurs professeurs, ne serait-ce que pour accorder un délai pour la remise d'un travail ou d'un examen. Nous avons obtenu ce soutien à 100 %». Toujours selon Michel Volet, les joueurs de l'UQAM sont très disciplinés et sérieux dans leurs études: «La majorité obtient un niveau de réussite très élevé».

Soutien à l'équipe
Il faut savoir que l'équipe carbure au bénévolat depuis ses débuts et que les dépenses sont souvent assumées par les joueurs, les entraîneurs et les fondateurs. Toutefois, admet M. Volet, depuis que le Centre sportif a été mis sur pied, l'équipe a reçu un appui financier plus constant, autant de la direction que des employés du Centre. En outre, Coup-franc, le magazine québécois de soccer, a commandité cette année les deux équipes uqamiennes, tant féminine que masculine. La récente performance des Citadins devrait cependant s'avérer un atout de taille pour susciter l'intérêt d'autres commanditaires. Mais le rêve du fondateur de l'équipe, ces temps-ci, c'est qu'au moins 500 étudiants viennent encourager les joueurs et les joueuses de soccer et que l'on puisse financer les équipes grâce un prix d'entrée minimal. De plus, M. Volet aimerait bien pouvoir compter sur l'appui de certains modules, «que ce soit en communications, pour filmer les matchs et les diffuser sur le réseau interne, ou en marketing, pour rechercher du financement et s'occuper de la vente des billets.» Reste à voir si la réalité viendra confirmer ses espoirs.


  1. On entend par clubs civils les associations sportives non universitaires.