Volume XXV Numéro 7, 7 DÉCEMBRE 1998
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Serge «Indiana» Lebel
Sur la piste de l'Homme de Néandertal


Jean-Claude Robert médaillé de la Société royale du Canada

Lutte contre les gaz à effet de serre


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Médaille de l'UQAM à Richard Guay

GREF UQAM
Mieux connaître les forêts anciennes


Formation virtuelle
L'univers du roman québécois


Sciences mathématiques
L'ISM a le vent dans les voiles


Atlas électronique du Québec
Un nouveau site pour traiter l'information économique


Un nouvel institut de formation dans le domaine du transport

UQAM verte
Consultation publique sur une politique environnementale


Un emploi d'été dans une autre province canadienne ?

Titres d'ici

Appui aux victimes de l'ouragan Mitch

LETTRE À L'UQAM

NOUVELLES ADRESSES

INVITATION AUX RETRAITÉS

Galerie de l'UQAM
Pleins feux sur les étudiants


Zoom sur Borduas photographe

Exploit en design graphique
Médaille d'argent lors de biennale de Mexico

Atlas électronique du Québec

Un nouveau site pour traiter l'information économique
M. Sylvain Lefebvre, professeur associé au département de géographie.

Monsieur Sylvain Lefebvre, professeur associé1 au département de géographie, obtenait récemment une subvention stratégique du CRSH afin de développer un agenda de recherche concernant le traitement de l'information géographique en économie locale et régionale. M. Lefebvre, qui agit à titre de coordonnateur du comité scientifique de l'Atlas électronique du Québec, possède une expertise sur les indicateurs socio-économiques et leur représentation cartographique sur le site Internet existant. Il aura la responsabilité de coordonner les travaux visant à établir et maintenir un site Extranet pour les besoins de l'équipe qui oeuvre à la constitution de l'Atlas électronique2.

Rappelons que cet Atlas est un projet de longue haleine visant à doter le Québec d'une grille-maîtresse de représentation et d'appréhension de son territoire. Il permettra de dégager les tendances lourdes qui président à l'évolution du territoire et les mettra à la disposition des acteurs sociaux engagés dans la planification et le développement.

La mise en place, d'un site électronique Extranet, explique M. Lefebvre, permettra de structurer les informations tout au long du projet et d'intensifier les échanges de documents entre les membres de l'équipe et du réseau élargi des chercheurs et utilisateurs. «Ce site, ajoute-t-il, exclusif aux membres de l'équipe, aura l'avantage de tester et de présenter des formes de traitement de l'information économique sur une base cartographique électronique». Il s'agit donc d'un outil de travail qui interpelle et accompagne la capacité de regroupements de chercheurs de s'adapter aux nouvelles technologies de l'information. À ce propos, M. Lefebvre souligne que si l'incidence nette d'un tel outil est significative pour les géographes, les économistes et les acteurs locaux et régionaux, elle s'avère également transférable à d'autres champs disciplinaires tout aussi intéressés par le territoire et l'information le concernant (science politique, sociologie, démographie, environnement, etc.).

Sylvain Lefebvre, qui a réalisé des études post-doctorales à l'UQAM en études urbaines, travaille aussi à d'autres projets de recherche aussi variés qu'originaux: des études consistant, notamment, à dresser un profil de la clientèle fréquentant le site du Grand Prix de Formule 1 de Montréal, à établir l'impact socio-culturel d'un nouveau stade de baseball pour les Expos de Montréal, ou encore une recherche exhaustive sur l'opportunité d'une intervention «zone franche» sur le site aéroportuaire de Mirabel, etc.

«Ici, à l'UQAM, je reçois beaucoup d'appuis. Mes collègues réalisent que je fais double ou triple emploi (chercheur, chargé de cours, encadrement d'étudiants gradués). C'est un peu ça l'avenir du travail pour les gradués du doctorat. On doit attendre deux, trois, cinq ans, peut-être même davantage, avant d'avoir un poste permanent. Dans l'intervalle, le statut de professeur associé peut être un bon tremplin pour obtenir un poste de professeur régulier. Ça permet de faire valoir ses capacités et ses idées. Les collègues me regardent aller et se disent: Tiens ! Le p'tit prof associé fait ses preuves !».


  1. Le statut de professeur associé désigne une personne qui contribue à des activités de recherche ou de création pour lesquelles elle peut demander des subventions. Elle peut aussi contribuer à des activités d'encadrement des étudiants de deuxième ou troisième cycles dans la réalisation de leurs travaux de recherche. Enfin, elle n'est pas à l'emploi de l'UQAM et, par conséquent, ne bénéficie d'aucun des droits reconnus à la convention collective.
  2. Depuis près de trois ans, un réseau interuniversitaire formé de géographes, d'économistes, de démographes, de géomaticiens, de didacticiens et de gestionnaires de banques de données (près de 70 chercheurs) s'est structuré autour de la constitution d'un Atlas national électronique pour le Québec (http: //www.unites.uqam.ca/atlasquebec/).