Volume XXV Numéro 8, 18 janvier 1999
14/09/98 28/09/98 12/10/98 26/10/98 9/11/98 23/11/98 07/12/98
18/01/99 01/02/99 15/02/99 01/03/99 15/03/99 29/03/99 12/04/99
LA UNE

Création du bureau des études

Communiquer en temps de crise

Recherche et partenariats: quels enjeux?

SOMMAIRE DU NUMÉRO

Prix Orange au Complexe des sciences

Pour aider les victimes de Mitch

Gaël Texier et la Bourse Yvan Cournoyer

Plus de 100 bourses

Le savoir biomédical entre laboratoire et clinique

Adaptation scolaire et sociale: nouveau site Web

Conférences de la Chaire Bombardier

Prix du coopérateur de l'année 1998

Don du SEUQAM

VITE LU

Avis de scrutin

Les lauréats du TOXEN

Financement de stages à l'étranger

Le GREFI remet 40 000$ en bourses

Esquisses en danse

Doctorat honorifique à Mikis Theodorakis

Subvention d'une fondation privée

Formule majeures/mineures

Réforme de programmes en études urbaines

Une rousse à la rescousse d'un chevalier !

Titres d'ici

SOUTENANCES DE THÈSE

Quand l'art rencontre l'anthropologie

Colette Boky au Panthéon canadien de l'art lyrique

Le verglas vu et revu

Rétrospective des travaux de Roger Pfund

Ateliers de théâtre

Une rousse à la rescousse d'un chevalier !
Dans l'ordre habituel, Andrée Gendron et Alain Branchaud, concepteurs du projet Rescousse et candidats au doctorat en science de l'environnement à l'UQAM.

Si la période des fêtes signifie, pour plusieurs, une visite obligée à la SAQ, tous n'ont peut-être pas remarqué, du même coup, l'arrivée d'une nouvelle bière rousse sur le marché. Or, celle-ci constitue l'aboutissement d'un projet original initié il y a deux ans par de jeunes biologistes, soit Alain Branchaud et Andrée Gendron, qui terminent actuellement leurs études doctorales en sciences de l'environnement à l'UQAM. Une simple bière sur lie de plus? Pas sûr, car au-delà de la recette qui lui est propre, la Rescousse présente quelques particularités. Tout d'abord, son étiquette est à l'effigie du chevalier cuivré, une espèce de poisson unique au Québec dont la survie est menacée. En outre, sa mise en marché vise à récolter des fonds pour la sauvegarde des espèces menacées ou vulnérables au Québec et à sensibiliser la population à cette cause, dont les deux concepteurs du projet sont d'ardents défenseurs.

Un verre à la santé...
des espèces menacées

Pour parvenir à leurs fins, les jeunes étudiants se sont associés à différents partenaires, dont la microbrasserie montréalaise Le Cheval Blanc et la Fondation de la faune du Québec. Si la première s'engage à verser les profits de la vente à la seconde, celle-ci verra, en retour, à consacrer ces montants au financement de projets de recherches ou d'interventions visant la sauvegarde des espèces menacées du Québec, ceci dans le cadre de son programme Partenaire pour la biodiversité. Quant à Andrée Gendron, qui étudie dans le domaine de l'écotoxicologie, et à Alain Branchaud, qui s'intéresse plus particulièrement à la bioconservation, ils seront invités à titre d'experts-conseils pour évaluer les projets qui seront soumis à l'organisme en vue d'être financés à l'aide des fonds ainsi générés1.

C'est en oeuvrant à leur thèse respective2, et surtout, en participant tous deux à des projets de recherche portant plus spécifiquement sur le chevalier cuivré, que les jeunes biologistes ont conçu le projet de «mettre l'art brassicole au service des espèces menacées». Toutefois, a tenu à souligner Andrée Gendron, «le but n'est pas d'inciter les gens à augmenter leur consommation d'alcool: la Rescousse est une bière de dégustation». Et son collègue de renchérir, «en offrant ce produit alternatif, nous voulons sensibiliser une clientèle adulte à l'importance de poser des gestes concrets pour protéger l'environnement. Si nous avons choisi le chevalier cuivré comme porte-étendard, c'est parce que sa sauvegarde nous incombe entièrement: c'est un vertébré endémique qui ne se retrouve nulle part ailleurs dans le monde!». Comment, dès lors, ne pas souhaiter que pour une fois, ce soit la belle rousse qui puisse sauver le chevalier en péril?

  1. Au fil du temps, les deux concepteurs du projet feront connaître la progression des sommes d'argent récoltées et la nature des activités financées par le fonds par le biais de la rubrique Info Rescousse sur le site internet de Bières et monde, à l'adresse suivante: www.cam.org/~biere
  2. Andrée Gendron étudie l'impact de la contamination des cours d'eau sur les populations de salamandres; Alain Branchaud, pour sa part, s'intéresse au développement d'outils d'interventions stratégiques pour sauvegarder le chevalier cuivré.