Volume XXVI Numéro 1, 13 SEPTEMBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

La Rentrée 1999
Un 30e rendez-vous


L'urgence de comprendre l'océan

Une Faculté de science politique et de droit


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Succès de la mission à bord du Marion-Dufresne
L'urgence de comprendre l'océan


Rentrée 1999
Un 30e rendez-vous


Une réalité unique au Québec
Une Faculté de science politique et de droit est créée


La Fondation dépasse ses objectifs

Un Centre d'études interdisciplinaires Wallonie-Bruxelles à l'UQAM

Processus de sectorisation
Le CA nomme trois doyens


Recommandations de la CUP

La CUP fait le bilan et lance un cri d'alarme

Une pédagogie qui suscite un intérêt croissant

Philippe Séguin invité à l'UQAM

« Il faut défendre l'idée que l'université est un service public ! »

Nomination au Conseil de la Science et de la Technologie

VITE LU

  • Le grand DSA se divise en trois
  • Un étudiant à la maîtrise en kinanthropologie s'illustre
  • Prix Lizette-Gervais


  • COLLOQUES
  • Histoire de la statistique
  • L'État québécois et les universités
  • Malaise dans la clinique


  • Rentrée 1999

    Un 30e rendez-vous


    Roxanne Leroux et Nicolas McCallum, du bac en histoire de l'art, comptent parmi les quelque 37 000 étudiants qui ont franchi les portes de l'UQAM en cette 30e rentrée.

    Et voilà! C'est reparti! Après le calme de l'été, l'UQAM renaît : adieu les cafétérias désertes, les salles de classe silencieuses et les couloirs vides. La population étudiante a repris ses quartiers! Et si pour plusieurs il s'agit d'une première rentrée universitaire, l'UQAM, pour sa part, en est déjà à sa 30e année académique! En effet, c'est à l'automne 1969 que l'Université accueillait sa première cohorte, soit quelque 3 000 étudiants, dont plusieurs étaient alors des finissants du Collège Sainte-Marie et de l'École normale Jacques-Cartier. Que de chemin parcouru depuis! Cette année, c'est au-delà de 37 000 étudiants, anciens et nouveaux, qui, au cours des derniers jours, ont franchi allégrement les portes de l'Université.

    La Rentrée 1999
    Les initiations se sont succédé à un rythme tel, sur le campus, qu'on ne parvient même plus à en faire le décompte. Quant aux activités entourant la rentrée 1999, elles se poursuivront au cours de la présente semaine, permettant ainsi aux membres de la communauté universitaire de prendre ou reprendre contact avec leur milieu de vie. Au programme, une foule d'activités dont des visites guidées, un salon étudiant, des compétitions sportives, des concerts classiques et une épluchette. Enfin, jeudi le 17 septembre, un spectacle en compagnie du groupe Okoumé, ouvert à tous, viendra clôturer les festivités marquant le début de cette nouvelle année académique.

    Clientèle à la hausse
    Tout indique que l'UQAM pourrait enregistrer, cette année, une augmentation non négligeable de sa clientèle. Ainsi, à l'École des sciences de la gestion, on observe que le nombre total d'inscriptions, au premier cycle, s'élève actuellement à plus de 10 700 étudiants, ce qui représente une hausse d'environ 11 % par rapport aux données enregistrées l'an dernier à la même période. Selon Norbert Morin, coordonnateur à l'ESG, on assiste également, toujours au premier cycle, à une augmentation considérable - soit 30 % - du nombre de nouveaux inscrits. L'attrait et la pertinence des nouveaux programmes offerts dans le cadre de contrats de partenariat n'étant pas, selon lui, étrangers au phénomène. Du côté de la Faculté des sciences, on se réjouit de constater que le nombre d'inscriptions au bac en biologie en apprentissage par problèmes - un programme tout à fait novateur au Québec - est passé, en l'espace d'un an seulement, de 83 à 115 étudiants. Quant aux autres programmes de premier cycle, notamment en sciences de la Terre et en biochimie, leur popularité ne semble pas se démentir alors même qu'en informatique, souligne M. Réjean Chevalier, coordonnateur à la Faculté, les limites en regard de la capacité d'accueil sont largement atteintes.

    À la Faculté des lettres, langues et communications, la coordonnatrice Nicole Arcand constate, elle aussi, que la clientèle de premier cycle est à la hausse, passant de 3 618 à 3 840 inscriptions. « On a perdu des programmes, notamment en linguistique, et on a plus d'étudiants inscrits que l'an dernier! » d'affirmer Mme Arcand. En ce qui concerne le Secteur de l'éducation, la coordonnatrice Nathalie Michaud ne signale aucun problème majeur : « Les programmes vont bien et on est au-delà du contingentement! ». À la Faculté des sciences humaines, selon la coordonnatrice Nicole Lachance, tout se déroule à merveille. En tenant compte, bien sûr, de la création de la toute nouvelle Faculté de science politique et de droit, (voir article en page 1) Mme Lachance prévoit que le nombre d'inscriptions dans les programmes de premier cycle sera sensiblement similaire à l'an passé. La stabilité caractériserait également la situation prévalant dans le Secteur des arts, bien que le coordonnateur Gilles Lapointe s'attend à une légère baisse au bac en art dramatique, non pas en raison d'un faible intérêt (plus de 400 demandes ont été enregistrées!) mais du fait de l'obligation de respecter rigoureusement, cette année, le contingement officiel fixé à 90 étudiants.

    Enfin, au moment de mettre sous presse, on estimait du côté du registrariat qu'en dépit du fait qu'il était encore trop tôt pour fournir des «chiffres officiels» - les données fluctuant parfois considérablement au cours des deux premières semaines de la session -, on pouvait néanmoins raisonnablement s'attendre à une augmentation globale de la clientèle qui, en tenant compte des trois cycles d'études, pourrait être de l'ordre de 1 à 2 %. Joli présent alors que l'Université s'apprête à souffler ses trente bougies! À ce sujet, précisons d'ailleurs qu'à compter de la prochaine édition du Journal, une chronique spéciale visera à souligner, de diverses manières, l'heureux événement. Un rendez-vous à ne pas manquer!