Volume XXVI Numéro 13, 10 avril 2000
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE



Michel Hébert à la Société royale du Canada

Le devoir de mémoire

Le ministre Perreault à l'École de langues


SOMMAIRE DU NUMÉRO



Pour en finir avec l'âgisme

Les vendredis de l'ESG

Nouveau vice-recteur intérimaire

Rapport de la Fondation

COLLOQUES

  • Construction d'espaces identitaires
  • Formation professionnelle
  • Le travail en question
  • Écritures médiatiques


  • Nouvelle concentration en mathématiques financières

    Stages à l'étranger

    Soirées retrouvailles

    Le salon G...néreux!

    Les camps de l'art dehors

    Mentorat professionnel

    Gala Forces AVENIR

    La relève présente ses travaux

    Centre de design

    Futurs enseignants en arts venus de France

    VITE LU

    Titres d'ici
    Formation professionnelle

    Droit des uns et espoirs des autres
    Quel bilan peut-on tirer de la législation adoptée en matière de droit à la formation professionnelle? Qu'en est-il de l'application de ces lois et de leurs impacts, tant sur les personnes en emploi que sur celles qui sont à la recherche d'un travail? Voilà quelques-unes des questions qui alimenteront les discussions et la réflexion lors de la 11e édition de la Journée de droit social et du travail qui se tiendra le 12 mai prochain, à la salle R-M130, de 8 h 45 à 16 h 30. Organisé par la Maîtrise en droit social et du travail, l'événement aura plus spécifiquement pour thème « Le droit à la formation professionnelle : un droit théorique? ». Deux dossiers feront l'objet d'un examen plus approfondi. D'abord, celui des « mesures actives » incluant l'Entente Canada-Québec conclue en 1997 et ses effets sur la gestion québécoise de la formation professionnelle. Puis, la Loi du 1% adoptée en 1995 qui soulève des enjeux de taille, notamment la responsabilité de l'État et de l'employeur à l'égard de la formation des personnes en emploi.

    Au nombre des conférenciers invités, on retrouvera divers intervenants provenant des milieux syndical, communautaire et gouvernemental, ainsi que Mme Diane Bellemare, professeure honoraire à l'ESG et Lucie Lamarche, professeure au Département des sciences juridiques. Cet événement annuel, qui réunit habituellement plus d'une centaine de participants, s'adresse aux étudiants, aux professeurs et à toute personne s'intéressant aux droits des salariés et des personnes démunies. À noter que les coûts d'inscription (40 $ et 20 $ pour les étudiants, avant le 28 avril) comprennent un exemplaire des Actes du colloque. Pour informations : 987-3903.