Volume XXVI Numéro 13, 10 avril 2000
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE



Michel Hébert à la Société royale du Canada

Le devoir de mémoire

Le ministre Perreault à l'École de langues


SOMMAIRE DU NUMÉRO



Pour en finir avec l'âgisme

Les vendredis de l'ESG

Nouveau vice-recteur intérimaire

Rapport de la Fondation

COLLOQUES

  • Construction d'espaces identitaires
  • Formation professionnelle
  • Le travail en question
  • Écritures médiatiques


  • Nouvelle concentration en mathématiques financières

    Stages à l'étranger

    Soirées retrouvailles

    Le salon G...néreux!

    Les camps de l'art dehors

    Mentorat professionnel

    Gala Forces AVENIR

    La relève présente ses travaux

    Centre de design

    Futurs enseignants en arts venus de France

    VITE LU

    Titres d'ici
    Stages à l'étranger

    Un bain de culture
    M. Benoît Jacques, professeur au Département de linguistique et de didactique des langues.
    Du 2 au 31 mai prochains, 11 finissants des programmes de bac en enseignement du français et de l'anglais langues secondes effectueront un stage à l'Université La Plata en Argentine, auprès d'étudiants de niveau secondaire. Comme l'explique Benoît Jacques, responsable des stages et professeur au Département de linguistique et de didactique des langues, « enseigner les langues secondes dans un pays étranger, tout en vivant dans des familles d'accueil, cela signifie aussi entrer en contact avec une autre culture, un autre contexte socio-politique et des traditions d'enseignement différentes des nôtres. C'est extrêmement formateur pour les étudiants ».

    Les stages d'enseignement des langues secondes à l'étranger existent depuis 1997. Les programmes de bac prévoient également deux autres stages dans des écoles primaires et secondaires du Québec, au cours des deux premières années de formation. Mais la réalisation de stages à l'étranger exige évidemment beaucoup de sous. Aussi, pour défrayer les coûts de leur voyage et de leur séjour, les étudiants ont organisé diverses activités de financement et ont pu bénéficier de l'appui (1 500 $) du Bureau de la coopération internationale (BCI) de l'UQAM. « Nous attendons aussi une réponse du ministère de l'Éducation du Québec à la suite d'une demande de subvention », de préciser M. Jacques.

    Une fois leur stage complété, les étudiants auront bien sûr à produire des rapports d'activités et d'observation et devront remplir une grille d'évaluation. « Il arrive que certains de nos étudiants, après avoir vécu une telle expérience, aient désormais la piqûre pour aller enseigner à l'étranger dès qu'ils ont terminé leur bac », conclut M. Jacques.