Volume XXVI Numéro 3, 12 OCTOBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Le GREFi obtient le statut tant convoité

CMA-MBA
Un programme unique au Canada


Enfin un Bureau de la formation pratique


SOMMAIRE DU NUMÉRO

CMA-MBA
Un programme unique au Canada


Subvention Centre de recherche du FCAR
Le GREFi obtient le statut tant convoité


Pour renforcer les liens avec le milieu scolaire
Enfin un Bureau de la formation pratique


Doctorat en environnement
Quatre universités s'associent avec l'UQAM


Études supérieures en sciences
Le CRSNG attribue 22 bourses


Doctorats en sciences humaines
Nombre record de boursiers du CRSH


Réforme des programmes de cycles supérieurs en philosophie

Formation sur mesure
L'UQAM se taille une place de choix


La Fondation nomme un nouveau président

Louise Dandurand à la tête du Comité de la recherche de la CREPUQ

Bourses d'entrée pour de nouveaux étudiants

Le CÉDIM, quatre ans déjà !

L'éducation interculturelle dans le monde

Préscolaire-primaire

Pédagogie virtuelle

Un automne à saveur culturelle

La Galerie honorée

Centre de design Graphisme au menu

Une lauréate au Gala Forces Avenir

Athlète canadienne de la semaine

VITE LU

  • Des lauréates qui ont du profil !
  • Prix Performance


  • COLLOQUES
  • Philosophie et sémiotique
  • Faut-il créer l'OME ?


  • SOUTENANCE DE THÈSE
    Doctorat en environnement

    Quatre universités s'associent avec l'UQAM
    M. Daniel Coderre, directeur du programme de doctorat en sciences de l'environnement.

    Depuis cet automne, le programme de doctorat en sciences de l'environnement est désormais offert par l'UQAM en association avec quatre constituantes du réseau de l'Université du Québec1 : les universités du Québec à Trois-Rivières (UQTR), à Chicoutimi (UQAC), à Rimouski (UQAR) et en Abitibi-Témiscamingue (UQAT). Il ne s'agit pas d'un doctorat conjoint, puisque la direction et la gestion du programme sont assumées par l'UQAM avec la collaboration des établissements associés, mais d'un doctorat « réseau ». Les étudiants admis à ce programme, unique au Québec et au Canada, sont inscrits dans l'institution d'accueil et reçoivent leur diplôme de cette constituante. Actuellement, la grande majorité des étudiants et des professeurs accrédités sont de l'UQAM.

    Comme l'explique Daniel Coderre, professeur à l'UQAM et directeur du programme, « par cette association, nous voulons créer une voie de pénétration officielle en région, tout en multipliant les portes d'entrée pour les étudiants et en augmentant le nombre de professeurs accrédités (entre 25 et 30 professeurs) ». Sur le plan de la formation, ajoute-t-il, « nous pourrons offrir des cours optionnels, ce que l'UQAM ne pouvait faire auparavant, en allant chercher ailleurs des expertises dans des champs de compétence complémentaires. C'est le cas, par exemple, de Chicoutimi et de Trois-Rivières dans les domaines de la foresterie et de l'étude des poissons. Il y a même un spécialiste des mammifères à Rimouski ». Par ailleurs, au chapitre de la recherche, une telle association ne pourra que favoriser le regroupement de chercheurs, ce dont devrait également profiter l'Institut des sciences de l'environnement à l'UQAM, auquel ce programme est rattaché. Enfin, les étudiants étrangers verront augmenter leurs chances de s'inscrire à un programme qui jouit déjà d'une excellente réputation.

    Afin d'assurer un effet de cohésion entre les diverses composantes du réseau, des cours et certaines parties de cours seront donnés par vidéoconférences et un colloque sera organisé chaque année afin de faciliter les interactions entre les étudiants des différentes constituantes. Ceux-ci pourront présenter les résultats de leurs recherches et assister à des exposés de la part de conférenciers prestigieux.

    Le programme compte actuellement 69 étudiants actifs, dont 12 proviennent des établissements associés. Depuis la création du programme en 1987, 69 étudiants ont obtenu leur diplôme de doctorat et quelques-uns seulement ont abandonné en cours de route, souligne M. Coderre. Pour être admis au programme, un étudiant doit, notamment, avoir un directeur de recherche, présenter une évaluation des ressources matérielles nécessaires à la réalisation de son projet de thèse, et s'assurer de sources de financement et de moyens de subsistance.

    Rappelons que le programme de doctorat en sciences de l'environnement s'appuie sur les compétences de plusieurs départements et offre une formation multidisciplinaire. Il vise au développement et à l'intégration des connaissances dans cinq champs de spécialisation : 1) cycle et qualité de l'eau; 2) toxicologie de l'environnement et sciences appliquées au milieu de travail; 3) méthodologie de l'environnement; 4) biotechnologies environnementales; 5) écologie fondamentale et appliquée.

    1. Le financement de cette offre en association du doctorat en environnement est assuré grâce à des subventions annuelles du Fonds de développement académique du réseau de l'Université du Québec (FODAR).