Volume XXVI Numéro 3, 12 OCTOBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Le GREFi obtient le statut tant convoité

CMA-MBA
Un programme unique au Canada


Enfin un Bureau de la formation pratique


SOMMAIRE DU NUMÉRO

CMA-MBA
Un programme unique au Canada


Subvention Centre de recherche du FCAR
Le GREFi obtient le statut tant convoité


Pour renforcer les liens avec le milieu scolaire
Enfin un Bureau de la formation pratique


Doctorat en environnement
Quatre universités s'associent avec l'UQAM


Études supérieures en sciences
Le CRSNG attribue 22 bourses


Doctorats en sciences humaines
Nombre record de boursiers du CRSH


Réforme des programmes de cycles supérieurs en philosophie

Formation sur mesure
L'UQAM se taille une place de choix


La Fondation nomme un nouveau président

Louise Dandurand à la tête du Comité de la recherche de la CREPUQ

Bourses d'entrée pour de nouveaux étudiants

Le CÉDIM, quatre ans déjà !

L'éducation interculturelle dans le monde

Préscolaire-primaire

Pédagogie virtuelle

Un automne à saveur culturelle

La Galerie honorée

Centre de design Graphisme au menu

Une lauréate au Gala Forces Avenir

Athlète canadienne de la semaine

VITE LU

  • Des lauréates qui ont du profil !
  • Prix Performance


  • COLLOQUES
  • Philosophie et sémiotique
  • Faut-il créer l'OME ?


  • SOUTENANCE DE THÈSE

    Pour la paix et la démocratie

    Développer l'éducation interculturelle dans le monde

    Dans l'ordre habituel, on aperçoit à l'avant-plan : Vladimir Kartashkin, président de la Commission des droits de l'homme (Moscou) et membre du Groupe de travail sur les minorités des Nations Unies; Kishore Singh, spécialiste à l'UNESCO du programme du Département de l'éducation pour une culture de la paix; Diane Laberge, chargée de programme, Éducation, Commission canadienne pour l'UNESCO et Françoise Roy, agente de programme, Droits de la personne, ministère du Patrimoine canadien. À l'arrière-plan, François Crépeau, directeur du CÉDIM et professeur du Département des sciences juridiques; Cecilia Thompson, du Haut Commissariat pour les droits de l'Homme, Genève; Mustapha Mehedi, membre du Groupe de travail sur les minorités des Nations Unies; Pierre Côté, conseiller en affaires internationales au ministère des Relations internationales et Absjorn Eide, président du Groupe de travail sur les minorités des Nations Unies.
    Le Centre d'études sur le droit international et la mondialisation (CÉDIM) accueillait, du 29 septembre au 2 octobre, un séminaire fermé réunissant une soixantaine d'experts canadiens et internationaux provenant des milieux gouvernementaux, associatifs (ONG) et universitaires. Le séminaire portait sur l'éducation interculturelle et multiculturelle, qui constitue « un des instruments cruciaux pour l'avenir de nos sociétés », selon le directeur du CÉDIM, le professeur du Département des sciences juridiques François Crépeau.

    « Nos sociétés sont complexes, multiples et changeantes, explique M. Crépeau. Par l'histoire et l'immigration, des populations diverses cohabitent aujourd'hui sur des territoires nationaux que la mondialisation rapproche. Nous devons déjà vivre dans un contexte multiculturel, traversé de nombreuses influences. Nos sociétés ne pourront être réellement démocratiques que si nous laissons à nos enfants les outils intellectuels, juridiques et sociaux qui permettent de transformer cette réalité en richesse collective, plutôt qu'en facteur de division et de violence ».

    Partant de l'idée que l'éducation interculturelle constitue un mode d'approfondissement de la démocratie par l'inclusion des minorités dans les processus décisionnels, tant au niveau gouvernemental qu'au sein de la société civile, le séminaire visait à lancer un débat analytique et critique entre experts canadiens et internationaux, en particulier ceux du Groupe de travail sur les minorités des Nations Unies. Le débat avait pour objet, d'une part, une évaluation des politiques et pratiques canadiennes, et, d'autre part, l'élaboration et la mise en &brkbar;uvre des normes internationales et des programmes des organes universels ou régionaux de protection des droits et libertés.

    Les ateliers au programme comptaient les thèmes suivants : l'éducation interculturelle et la cohésion sociale, l'éducation dans la langue maternelle, le droit à la gestion des institutions éducatives et le principe de non-discrimination en matière éducative. Le Groupe de travail sur les minorités prépare un rapport qui contiendra des recommandations destinées à développer l'éducation interculturelle et multiculturelle dans le monde.