Volume XXVI Numéro 3, 12 OCTOBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Le GREFi obtient le statut tant convoité

CMA-MBA
Un programme unique au Canada


Enfin un Bureau de la formation pratique


SOMMAIRE DU NUMÉRO

CMA-MBA
Un programme unique au Canada


Subvention Centre de recherche du FCAR
Le GREFi obtient le statut tant convoité


Pour renforcer les liens avec le milieu scolaire
Enfin un Bureau de la formation pratique


Doctorat en environnement
Quatre universités s'associent avec l'UQAM


Études supérieures en sciences
Le CRSNG attribue 22 bourses


Doctorats en sciences humaines
Nombre record de boursiers du CRSH


Réforme des programmes de cycles supérieurs en philosophie

Formation sur mesure
L'UQAM se taille une place de choix


La Fondation nomme un nouveau président

Louise Dandurand à la tête du Comité de la recherche de la CREPUQ

Bourses d'entrée pour de nouveaux étudiants

Le CÉDIM, quatre ans déjà !

L'éducation interculturelle dans le monde

Préscolaire-primaire

Pédagogie virtuelle

Un automne à saveur culturelle

La Galerie honorée

Centre de design Graphisme au menu

Une lauréate au Gala Forces Avenir

Athlète canadienne de la semaine

VITE LU

  • Des lauréates qui ont du profil !
  • Prix Performance


  • COLLOQUES
  • Philosophie et sémiotique
  • Faut-il créer l'OME ?


  • SOUTENANCE DE THÈSE
    Concocté par la SIC

    Un automne à saveur culturelle


    On aperçoit sur la photo quelques-uns des membres de la nouvelle Section d'intervention culturelle : dans l'ordre habituel, Alain Ulysse Tremblay, chargé de cours, communications et relations publiques; Marie-Hélène Fréchette, stagiaire, communications et relations publiques; Odile Joannette et Élyse Racicot, toutes deux stagiaires au sein de l'équipe de la promotion et de la publicité.

    Afin d'encourager la relève artistique, le dernier né des Services à la vie étudiante ­ la Section d'Intervention Culturelle ­ a peaufiné, pour la communauté uqamienne, un automne rempli d'activités culturelles. Le Courant d'air UQAM transportera dans les cafés étudiants une gamme de spectacles intimistes, livrés par les talents issus de la communauté étudiante. D'abord conçu comme un lieu d'expérimentation des arts de la scène ou visuels, ce circuit artistique sera l'occasion d'animer les temps libres d'un public étudiant qui découvrira jongleurs, poètes, chanteurs, danseurs, saxophonistes, peintres, photographes, guitaristes, jazzmen, et autres artistes. La majorité des cafés étudiants ont accepté de collaborer et les spectacles démarrent dès le mois d'octobre.

    La SIC organise par ailleurs un Décathlon des arts, un ensemble de dix concours, dans dix disciplines artistiques différentes, couronnés de 10 000 $ en prix. Le Journal reviendra sur les détails de ce Décathlon dans un prochain numéro. Quant aux Jeudis déchaînés, la première édition se déroulera le 21 octobre. Différents outils élaborés par les équipes d'étudiants stagiaires de la SIC permettront d'être bien informés sur les événements culturels. Un site internet ainsi qu'un guide mensuel intitulé « Zeste de culture » et une série d'affiches feront le lien entre la SIC et son public cible.

    La SIC recèle également un lieu structuré d'apprentissage et de formation pour les 24 étudiants qui y complètent un stage crédité, encadrés par 10 chargés de cours issus du milieu professionnel. La gestion et les interventions de la SIC sont entièrement assurées par les étudiants stagiaires. Ainsi, en échange d'un nombre fixe d'heures par semaine au cours desquelles l'étudiant exécute des tâches reliées directement à son programme d'étude, la SIC assure le remboursement des frais d'inscription de ces cours et fournit un encadrement personnalisé dans le cadre d'une équipe interdisciplinaire. Seize équipes travaillent soit sur le contenu des activités, soit sur la direction artistique ou technique, les communications, la publicité et les relations publiques. La SIC, dont le coordonnateur est Pierre Chénier, dispose d'un budget de 90 000 $, dont une partie provient du Fonds d'intégration des chargés de cours ainsi que de commandites.