Volume XXVI Numéro 4, 25 OCTOBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Plan d'action du Vice-rectorat à la formation

L'ACDI injecte 4,7 M $ pour un réseau en gestion au Viêt-Nam


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Plan d'action du Vice-rectorat à la formation
« C'est maintenant que le vrai travail commence ! »


L'ACDI injecte 4,7 M $ pour un réseau en gestion au Viêt-Nam

Vers de nouvelles pratiques d'aménagement forestier

COLLOQUES
Regards sur une oeuvre de Gény
La régulation de la formation professionnelle


Une pléiade d'activitésau CIRADE

Séjours d'études en France

Formation de juristes au Rwanda

Nouveau partenariat Industrielle Alliance et ESG

Don de 500 000 $ de Quebecor à la Fondation

Prédire les changements climatiques ?

Chaire Téléglobe Raoul-Dandurand
Des conférenciers de prestige


Chaire Bombardier
Cinq bourses de recherche


Regain de popularité pour les universités

Délégation de cadres en mission de travail

Vive la retraite !

Pour mieux animer le campus

Soccer universitaire masculin

LETTRE À L'UQAM

VITE LU

SOUTENANCES DE THÈSE

L'ACDI injecte 4,7 M $ pour un réseau en gestion au Viêt-Nam
Le professeur associé Guy Goulet, responsable du programme d'appui au développement institutionnel et régional en gestion au Viêt-Nam.


L'UQAM et l'Agence canadienne de développement international (ACDI) ont récemment paraphé un accord de subvention pour un programme d'appui au développement institutionnel et régional en gestion au Viêt-Nam. L'ACDI y investit une somme de 4,7 M $ sur une période de cinq ans. Le projet vise à faciliter la transition du Viêt-Nam vers une économie de marché, en contribuant au renforcement de huit institutions vietnamiennes et à l'établissement de mécanismes de concertation permanents entre les partenaires académiques et économiques canadiens et vietnamiens. Poursuivant sa coopération avec le Viêt-Nam (voir article en page 7), le professeur associé au Département des sciences comptables Guy Goulet assume la direction du projet. La préparation du dossier s'est faite en collaboration avec Dominique Charron, du Bureau de la coopération internationale.

Les partenaires vietnamiens forment un réseau comprenant six universités1 localisées dans des régions distinctes, auxquelles se sont jointes l'Union des femmes du Viêt-Nam et la Chambre de commerce et de l'industrie du Viêt-Nam. L'UQAM et le Forum Francophone des Affaires2, qui sont les partenaires canadiens, verront à soutenir ce réseau par le perfectionnement d'un bassin significatif de formateurs et de gestionnaires, de même que par la rénovation et la création de programmes de formation, pertinents et de qualité, dans le domaine de la gestion et du développement des affaires.

Pour une croissance équitable
Il y a plus de dix ans déjà, le gouvernement vietnamien a introduit le Doi-moi, une importante réforme favorisant la privatisation d'entreprises publiques dans tous les secteurs de l'économie vietnamienne. Axée sur une croissance équitable, « la stratégie vise à la fois la croissance économique durable et le développement social pour tous les citoyens, tout en allégeant la pauvreté, en éliminant la discrimination et en protégeant l'environnement et les ressources naturelles, explique M. Goulet. C'est un modèle très éloigné du capitalisme débridé à la façon russe ou thaïlandaise. L'État met les freins et empêche l'anarchie. Ce n'est pas du tout la libre concurrence. »

Un des volets importants du programme vise le renforcement institutionnel en tenant compte des impératifs des régions que les institutions desservent. Ainsi, alors que la formation de cadres et de gestionnaires de niveaux supérieur et intermédiaire s'avère la priorité à Ho Chi Minh Ville, centre névralgique des provinces du sud qui totalise 30 % des investissements étrangers, celle de Dalat consiste à privilégier le tourisme écologique et culturel de cette région où cohabitent 19 minorités ethniques. Pour sa part, Hanoï, qui abrite le gouvernement, les ambassades et les sièges sociaux d'entreprises étrangères, cible ses efforts sur l'efficacité des services et le commerce.

Plusieurs activités cimentent le programme : séminaires de formation au Viêt-Nam, stages d'études au Canada, programmes de jumelage, colloques, groupes d'experts, maillage universités-entreprises, site Internet, création d'un Centre de recherches et d'études sur le Viêt-Nam (CEREV). Cela permettra aux enseignants, formateurs et gestionnaires de maîtriser les modèles et méthodes modernes de gestion, de concevoir des programmes de formation, de mener des recherches appliquées ainsi que des interventions dans le milieu. « On ne s'en va pas là-bas pour leur dire quoi faire, précise M. Goulet. On leur dit plutôt : Voici ce que nous faisons...Prenez ce dont vous avez besoin . »

La promotion de l'égalité des femmes est au coeur du programme, tout comme le renforcement des habitudes de concertation et de collaboration entre les partenaires. Le réseau favorisera le développement de liens d'affaires et élaborera les mécanismes assurant sa pérennité. Le programme est sous la responsabilité du Groupe des partenaires (GDP), où toutes les institutions sont représentées. Il sera donc en majorité vietnamien.

1. Il s'agit des universités suivantes : Université des sciences économiques de Ho Chi Minh Ville, Université de Dalat, Université de Danang, Université Nationale d'Économie d'Hanoi, Université de Hué, École Supérieure de Finance et Comptabilité de Hanoï.

2. Le Forum Francophone des Affaires (FFA) est un organisme international qui regroupe plus de 50 pays membres. La présidence est logée à Paris et le secrétariat à Montréal. Le projet décrit ci-dessus implique le comité canadien du FFA.