Volume XXVI Numéro 4, 25 OCTOBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Plan d'action du Vice-rectorat à la formation

L'ACDI injecte 4,7 M $ pour un réseau en gestion au Viêt-Nam


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Plan d'action du Vice-rectorat à la formation
« C'est maintenant que le vrai travail commence ! »


L'ACDI injecte 4,7 M $ pour un réseau en gestion au Viêt-Nam

Vers de nouvelles pratiques d'aménagement forestier

COLLOQUES
Regards sur une oeuvre de Gény


La régulation de la formation professionnelle


Une pléiade d'activitésau CIRADE

Séjours d'études en France

Formation de juristes au Rwanda

Nouveau partenariat Industrielle Alliance et ESG

Don de 500 000 $ de Quebecor à la Fondation

Prédire les changements climatiques ?

Chaire Téléglobe Raoul-Dandurand
Des conférenciers de prestige


Chaire Bombardier
Cinq bourses de recherche


Regain de popularité pour les universités

Délégation de cadres en mission de travail

Vive la retraite !

Pour mieux animer le campus

Soccer universitaire masculin

LETTRE À L'UQAM

VITE LU

SOUTENANCES DE THÈSE

COLLOQUES

Regards sur une oeuvre de Gény
Dans l'ordre habituel, la professeure Claude Thomasset du Département des sciences juridiques et chercheure au GRID - Centre de recherche en droit, sciences et sociétés, en compagnie d'Hélène Lévesque, secrétaire au GRID. Mme Thomasset était coorganisatrice du colloque, avec Nicholas Kasirer (absent sur la photo), directeur du Centre de recherche en droit privé et comparé du Québec, de l'Université McGill.
En 1899, le juriste français François Gény (1861-1959) publiait son premier ouvrage, Méthodes d'interprétation et sources en droit privé positif : essai critique. Afin de souligner le centenaire de la publication de cette oeuvre capitale et originale, qui a marqué la pensée juridique occidentale, un colloque international se tiendra à l'UQAM, au D-R200, les 28, 29 et 30 octobre prochains, sous le thème La pensée de François Gény éclairera-t-elle le troisième millénaire ? Le Département des sciences juridiques et le Centre de recherche en droit privé et comparé de l'Université McGill ont uni leurs efforts pour organiser l'événement qui réunira des juristes français, belges, canadiens et américains.

« L'ouvrage de François Gény a suscité dès sa publication beaucoup de débats et de controverses. Encore tout récemment, cette oeuvre a fait l'objet d'une thèse de doctorat », explique la professeure du Département des sciences juridiques Claude Thomasset, coorganisatrice du colloque avec Nicholas Kasirer, directeur du Centre de recherche en droit privé et comparé du Québec. Dans son essai critique, Gény stigmatise les sources traditionnelles du droit et les règles d'interprétation qui s'y rattachent. Il y dénonce les abus de la méthode déductive dans l'interprétation de la lettre et de l'esprit de la loi. Précurseur de la libre recherche scientifique qui puise dans « la nature des choses » la règle de droit à appliquer, l'auteur a poursuivi sa réflexion à travers différents ouvrages jusqu'à Ultima verba, son testament spirituel en quelque sorte.

Le colloque abordera l'oeuvre de François Gény en trois étapes, en s'y attardant d'abord en regard des sources de droit, scrutant ensuite l'idée de « libre recherche scientifique » qu'il prônait, pour terminer en examinant le rayonnement de son oeuvre. Un débat-synthèse sur la modernité de la pensée de l'auteur face aux enjeux contemporains viendra clore l'événement. Les réflexions qu'il alimente se situent au carrefour de la pensée juridique classique, de l'épistémologie juridique et de la sociologie du droit. Le programme rassemble les contributions d'universitaires les plus pertinents pour commenter l'oeuvre de Gény et son apport à la pensée juridique. La publication des Actes du colloque sera assumée par une grande revue juridique européenne.

Deux anniversaires Outre le centenaire de l'ouvrage, le colloque souligne également les 25 ans de l'ouverture officielle du programme des sciences juridiques de l'UQAM, « le programme d'enseignement du droit le plus innovateur du Québec, qui se situe certainement dans les perspectives sociologisantes de l'oeuvre de François Gény. Il est donc normal que cet événement soit célébré dans cette université », remarque Mme Thomasset. Quant au Centre de recherche en droit privé et comparé, « C'est certainement le lieu au Canada où la recherche en droit civil a été la plus poussée et la plus originale, signale la professeure. Il allait donc de soi que la célébration du centenaire de l'ouvrage de François Gény implique l'Université McGill ». Pour de plus amples informations sur le colloque ou pour s'y inscrire, on compose le 987-3000 poste 7932.