Volume XXVI Numéro 4, 25 OCTOBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Plan d'action du Vice-rectorat à la formation

L'ACDI injecte 4,7 M $ pour un réseau en gestion au Viêt-Nam


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Plan d'action du Vice-rectorat à la formation
« C'est maintenant que le vrai travail commence ! »


L'ACDI injecte 4,7 M $ pour un réseau en gestion au Viêt-Nam

Vers de nouvelles pratiques d'aménagement forestier

COLLOQUES
Regards sur une oeuvre de Gény
La régulation de la formation professionnelle


Une pléiade d'activitésau CIRADE

Séjours d'études en France

Formation de juristes au Rwanda

Nouveau partenariat Industrielle Alliance et ESG

Don de 500 000 $ de Quebecor à la Fondation

Prédire les changements climatiques ?

Chaire Téléglobe Raoul-Dandurand
Des conférenciers de prestige


Chaire Bombardier
Cinq bourses de recherche


Regain de popularité pour les universités

Délégation de cadres en mission de travail

Vive la retraite !

Pour mieux animer le campus

Soccer universitaire masculin

LETTRE À L'UQAM

VITE LU

SOUTENANCES DE THÈSE

Plan d'action du Vice-rectorat à la formation

« C'est maintenant que le vrai travail commence ! »

Lynn Drapeau, vice-rectrice


Mme Lynn Drapeau, vice-rectrice à la formation.
En matière de formation à l'UQAM, quels sont les dossiers prioritaires pour l'année 1999-2000 ? Quelles sont les lignes de force privilégiées par le Vice-rectorat à la formation ? Pour en savoir plus long, nous avons rencontré la vice-rectrice, Mme Lynn Drapeau, qui nous explique ce que seront, cette année, les grandes orientations de son plan d'action.

Le soutien aux Facultés
« Aujourd'hui, on a des Facultés, des conseils académiques qui fonctionnent, et des doyens qui sont en poste, rappelle Mme Drapeau. On a fait ce qui était le plus simple et c'est maintenant que débute le vrai travail ! ». Il faut d'abord, précise-t-elle, assurer aux Facultés tout le soutien nécessaire pour leur démarrage et l'atteinte de leurs objectifs, que ce soit en matière de programmation ou d'encadrement des étudiants. L'arrimage et la redéfinition du partage des rôles et des responsabilités entre les Facultés et les services centraux1 de l'UQAM, dans la gestion concrète des dossiers, constituent cette année des priorités. « Le défi, explique Mme Drapeau, consiste à opérer une décentralisation des responsabilités vers les Facultés alors que l'Université tourne à plein régime. Ainsi, en collaboration avec la Faculté des sciences humaines, nous sommes en train d'élaborer un projet pilote de décentralisation de la gestion des mémoires et des thèses aux études de cycles supérieurs ». Autre dossier majeur, le rapprochement entre les modules et les départements qui, dans les faits, se fait petit à petit, physiquement et matériellement.

Qualité de la formation et réussite aux études
Mme Drapeau insiste pour rappeler que, malgré tous les changements organisationnels, les priorités de son Vice-rectorat demeurent la réussite aux études et la qualité de la formation. « L'an dernier, des pistes d'action pour un meilleur encadrement des étudiants ont été adoptées. Certaines mesures concrètes, telles que les monitorats de programme et la mise en place de réseaux socioprofessionnels dans plusieurs départements, ont déjà commencé à produire des résultats très positifs au premier cycle. Et cette année, nous avons décidé de mettre l'accent sur les études de cycles supérieurs ». En fait, l'accélération du développement de la programmation aux études de cycles supérieurs et l'augmentation du nombre des étudiants représentent des objectifs importants pour le vice-rectorat. « Actuellement, à l'UQAM, la proportion des étudiants qui se retrouvent aux cycles supérieurs est d'environ 12 %, ce qui nous situe dans le tiers médian des universités au Québec. Nous visons à l'augmenter, et ce en lien étroit avec le développement de la recherche ». Parmi les moyens proposés pour atteindre ces objectifs, mentionnons l'injection de nouveaux fonds dans le PAFARC2, la préparation d'un plan stratégique de soutien financier pour les étudiants et la réanimation du comité CONSTAT3. Au chapitre de l'innovation pédagogique, souligne Mme Drapeau, il y a des réussites formidables à l'UQAM et il faut poursuivre dans la foulée de ce qui se fait déjà. En outre, annonce-t-elle, les projets soutenus par le Fonds de développement pédagogique seront désormais élargis aux trois cycles d'études.

Revoir la programmation
L'opération de révision des programmes, enclenchée il y a deux ans, est majeure, en particulier au premier cycle. Un nouveau modèle d'évaluation continue des programmes sera développé. Le Vice-rectorat envisage également de revoir le positionnement de l'Université dans des programmes d'études ciblés. En même temps, de préciser la vice-rectrice, les travaux de la Commission des universités sur les programmes (CUP) ont démontré que l'UQAM est très bien positionnée dans plusieurs domaines. Enfin, ajoute-t-elle, « on ne peut pas non plus se contenter de réviser ce qui se fait déjà, il faut aussi développer des programmes nouveaux pour des besoins nouveaux ».

L'internationalisation des formations
« Dans le contexte actuel, l'internationalisation des formations est incontournable, ne serait-ce qu'en raison de notre appartenance à l'ALENA », affirme la vice-rectrice. L'internationalisation peut se traduire de multiples façons : création de nouveaux programmes, ajout de profils internationaux à des programmes existants, mise en oeuvre d'une véritable mobilité des étudiants sous forme de stages d'études ou de travail à l'étranger, etc. À titre d'exemple, l'École des sciences de la gestion travaille présentement avec l'École de langues afin de créer un programme de bac en administration internationale qui comporterait une filière menant aux études supérieures. Des projets intéressants existent aussi dans d'autres secteurs, comme en sciences juridiques et en science politique.

Le dossier de la formation continue
La formation continue à l'UQAM, ce n'est pas nouveau. Toutefois, selon Mme Drapeau, on doit s'y intéresser de manière encore plus systémique qu'auparavant. « Nous ne vivons plus dans un contexte où les gens acquièrent une formation une fois pour toutes pour aller ensuite sur le marché du travail où ils exerceront des fonctions en lien avec les connaissances qu'ils auront acquises. Il y a désormais une mise à jour constante et nécessaire des formations. Et c'est vrai dans tous les domaines, en raison de l'accélération du développement des connaissances ». Aussi, la consolidation et le développement des Centres d'études universitaires (CEU), en particulier en région et en périphérie des grands centres, constitue une priorité pour l'UQAM. De plus, l'Université doit aussi répondre aux besoins croissants des entreprises et des corporations professionnelles qui demandent des services de formation sur mesure, créditée ou non, dans des secteurs précis.

En cette année charnière, le Vice rectorat à la formation a aussi de nombreux autres dossiers sur sa table à dessin : terminer la mise en place du Bureau des ressources académiques, relancer le Service aux collectivités, intensifier l'arrimage avec les collèges, mettre en oeuvre une politique de rajeunissement du corps professoral et, enfin, renégocier les conventions collectives avec les syndicats des professeurs et des chargés de cours.

1. Parmi les services centraux, mentionnons, par exemple, le Bureau des études et le Bureau des Centres d'études universitaires et de la formation sur mesure qui sont rattachés au Vice-rectorat à la formation, ainsi que le Service de la recherche et de la création et le Bureau de la coopération internationale, lesquels relèvent du Vice-rectorat à la recherche, à la création et à la planification.

2. Le Programme d'aide financière à la recherche et à la création (PAFARC) est conçu comme un outil de développement des fonctions de recherche, de création et de formation supérieure à l'UQAM.

3. Le Comité sur la condition et le statut des étudiants de cycles supérieurs (CONSTAT) avait mené d'importantes réflexions sur, notamment, l'encadrement pédagogique des étudiants de deuxième et de troisième cycles, le soutien financier des étudiants aux cycles supérieurs et la question de la propriété intellectuelle des travaux de recherche.