Volume XXVI Numéro 6, 29 NOVEMBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Recherches novatrices pour le traitement du cancer !

Trente ans de géographie

Nouveau Laboratoire IBM-ESG


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Recherches novatrices pour le traitement du cancer !

Trente ans de géographie

Nouveau Laboratoire IBM-ESG

Faculté de science politique et de droit
Un seul candidat brigue les suffrages


Le virage ambulatoire sur l'autoroute de l'information

Doctorat honorifique à Pierre Angers

Mondialisation et démocratie

Maîtrise en finance appliquée

Bac en urbanisme

« La vie avant les profits »

Les réseaux socioprofessionnels, un gage de solidarité

Trouble panique avec agoraphobie

Des services psychologiques pour la population

La tragédie de Poly toujours présente à la mémoire

Loi sur le tabac

Bogues sous surveillance

Pour inculquer le goût de l'art

30 bourses d'entrée en psychologie

Campagne Centraide

5e Gala des Prix Émergence

Prix Alcide-Ouellet

Calendrier de l'an 2000

Conférences en philo

Dix ans d'architecture israélienne

VITE LU

Le virage ambulatoire sur l'autoroute de l'information
M. Jean-Guy Lacroix, professeur au Département de sociologie.
Quelles sont les conditions de mise en place et de déploiement des autoroutes de l'information (AI) dans le secteur de la santé au Québec ? Comment et en quoi l'implantation des nouvelles technologies d'information et de communication (NTIC) fait avancer le processus plus général d'informatisation de la société ? Telles sont les deux grandes questions qui guident un programme de recherche dirigé par Jean-Guy Lacroix, professeur au Département de sociologie1.

Grâce à une subvention du CRSH, l'équipe de M. Lacroix étudiera l'évolution et la dynamique des forces ayant conduit au diagnostic du besoin de réorganisation structurelle du système de santé, ainsi qu'au choix des NTIC comme élément central de solution. Elle analysera également la transformation de l'organisation du travail sous l'impact de l'implantation des réseaux de communication à haut débit et à large bande que sont les AI. Enfin, face à ce déploiement des NTIC, l'équipe examinera la transformation des représentations des citoyens et de leurs pratiques d'usages du système sociosanitaire.

Dès le début des années 80, explique M. Lacroix, devant les pressions économiques croissantes que le secteur de la santé exerce sur les finances publiques2, l'État se met à repenser l'organisation du système de soins et le mode d'exercice de la médecine : moins d'hôpitaux et de médecins; réduction de l'utilisation intensive et répétitive du système; diminution de la durée d'hospitalisation et plus grande implication, voire responsabilisation, du patient. C'est ce que l'on appellera, dans les années 90, le « virage ambulatoire », et c'est là que le projet d'autoroutes de l'information dans le secteur de la santé devient un élément structurant de la réforme du sytème sociosanitaire.

Selon M. Lacroix, « les technologies de l'information et de la communication sont un instrument indispensable à la restructuration des soins hospitaliers qui repose sur quatre piliers : la mise en réseau technique du secteur de la santé; le dossier informatisé du patient; la prise en charge plus collective du patient par les professionnels des soins; l'autonomisation du patient ». En fait, souligne-t-il, « le retrait relatif de l'État dans le secteur de la santé semble favoriser l'émergence de médiations à travers la conception et l'expérimentation de nouveaux dispositifs technico-organisationnels entre secteurs public et privé ». Certains perçoivent dans ce processus l'amorce d'un envahissement du public par le privé et les prémisses d'un développement de la marchandisation de la santé. Ainsi, précise-t-il, « les diverses expériences de télémédecine en cours sont révélatrices de l'hétérogénéité des partenariats mis en oeuvre : industriels, sociétés de services en ingénierie informatique, opérateurs de télécommunications, centres hospitaliers universitaires, etc ». Bref, la production et la consommation des soins se fait plus libérale, le privé trouvant de plus en plus de voies d'entrée. Une dynamique encore timide mais accélérée par la politique de restriction budgétaire de l'État, la baisse des dépenses publiques en santé et la croissance de celles à caractère privé3.

Pour atteindre ses objectifs, l'équipe de M. Lacroix étudiera, notamment, des projets pilotes d'implantation et de déploiement des NTIC. L'étude s'accompagnera d'entrevues en profondeur avec les initiateurs et les responsables de chaque projet, des participants parmi les personnels soignant et technique, ainsi qu'avec des patients et certains de leurs proches. Parmi les domaines d'expériences retenus, mentionnons, entre autres, la télémédecine, le télédiagnostic et le suivi effectué par une entreprise privée4 auprès de cardiaques.

1. Ce projet s'inscrit dans la continuité des recherches réalisées par M. Lacroix en collaboration avec un chercheur français, M. Dominique Carré. Les deux chercheurs ont déjà effectué une cueillette de données par entrevues en profondeur auprès d'initiateurs de projets pilotes d'implantation de NTIC dans le système sociosanitaire en France et au Québec.

2. En 1996-1997, le Québec a consacré au secteur de la santé 13 milliards $, soit 10 % de son PIB. De 1982 à 1992, le coût des services médicaux a augmenté au Québec de 50 %, alors que l'enrichissement collectif ne croissait que de 29, 4 %. Quant au coût per capita des dépenses médicales, il est passé de 532 $ en 1975, à 2 383 $ en 1997. (Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec)

3. Au Québec, la part publique des dépenses liées à la santé est passée, de 1980 à 1994, de 82 % à 73,5 %. Quant à la part privée, elle a augmenté, entre 1975 et 1997, de 21,1 % à 32,2 %. (Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec).

4. Il s'agit de la société TéléMédisys née du partenariat entre Bell Canada, Imasco (chaîne de distribution dans le secteur de la pharmacie) et le Groupe Médisys (fournisseur de soins de santé auprès des entreprises).