Volume XXVI Numéro 6, 29 NOVEMBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Recherches novatrices pour le traitement du cancer !

Trente ans de géographie

Nouveau Laboratoire IBM-ESG


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Recherches novatrices pour le traitement du cancer !

Trente ans de géographie

Nouveau Laboratoire IBM-ESG

Faculté de science politique et de droit
Un seul candidat brigue les suffrages


Le virage ambulatoire sur l'autoroute de l'information

Doctorat honorifique à Pierre Angers

Mondialisation et démocratie

Maîtrise en finance appliquée

Bac en urbanisme

« La vie avant les profits »

Les réseaux socioprofessionnels, un gage de solidarité

Trouble panique avec agoraphobie

Des services psychologiques pour la population

La tragédie de Poly toujours présente à la mémoire

Loi sur le tabac

Bogues sous surveillance

Pour inculquer le goût de l'art

30 bourses d'entrée en psychologie

Campagne Centraide

5e Gala des Prix Émergence

Prix Alcide-Ouellet

Calendrier de l'an 2000

Conférences en philo

Dix ans d'architecture israélienne

VITE LU

Doctorat honorifique à Pierre Angers

Un pédagogue du coeur et de l'esprit
Remise d'un doctorat honorifique à M. Pierre Angers par la rectrice, Mme Paule Leduc.
L'UQAM a récemment décerné un doctorat honoris causa à Monsieur Pierre Angers pour sa contribution exceptionnelle au développement de l'éducation au sein de la société québécoise. Agé aujourd'hui de 87 ans, le maître à penser de la pédagogie moderne au Québec s'est vu remettre cette haute distinction par la rectrice, Mme Paule Leduc, lors de la collation des grades du Secteur de l'éducation. C'est d'ailleurs le doyen de ce secteur, M. Marc Turgeon, qui avait recommandé l'attribution d'un doctorat honorifique à cet homme de grande culture. Son héritage? Des travaux d'envergure en matière d'action éducative et d'innovation pédagogique, en plus d'un engagement constant au sein des divers organismes qui, au fil des ans, ont contribué à façonner le monde de l'enseignement et de la recherche tel qu'il est aujourd'hui.

Une carrière imposante
Entré dans la Compagnie de Jésus en 1930, Pierre Angers obtient trois licences - philosophie, théologie et lettres - puis complète un doctorat en philosophie et lettres. Au cours de sa carrière, il a été un professeur-chercheur pleinement engagé dans la formation, doublé d'un praticien-penseur attentif au milieu de l'éducation québécois. Membre du Conseil canadien de recherche sur les humanités (1949-1959), il a siégé au Conseil supérieur de l'Éducation et a présidé la Commission de l'enseignement supérieur (1965-1968), ainsi que la Commission d'étude sur l'avenir de l'enseignement supérieur au Québec (1977-1980). En outre, son apport à la recherche éducative s'est avéré marquant, alors qu'il a sans cesse joint la théorie à la pratique, élaborant et expérimentant des approches pédagogiques innovatrices, entre autres dans des écoles de milieux ouvriers. Toujours passionné par cette question du rôle de l'enseignant, notamment en ce qui a trait à la stimulation et à l'éveil des élèves pour que se développe, en eux, le goût d'apprendre, le pédagogue a tenu à glisser quelque mots à ce sujet à ceux et celles qui, fraîchement diplômés, s'apprêtent à embrasser cette carrière.

Une source d'inspiration pour les enseignants de demain
Citant Piaget - « Apprendre, c'est opérer » - , Pierre Angers a rappelé aux diplômés du Secteur de l'éducation que le but de l'apprentissage n'est pas de répéter des connaissances toutes faites, mais d'apprendre à découvrir par soi-même la connaissance. M. Angers a toutefois souligné le rôle capital que peut jouer le maître en stimulant et orientant ses élèves, tout en les laissant libres dans leurs essais et leurs tâtonnements, conditions essentielles, selon lui, à un apprentissage authentique et à une véritable autonomie intellectuelle et morale. « L'enseignant, a-t-il déclaré, sait que l'apprentissage est l'oeuvre des élèves [...] Il sait quel appui accorder à un élève qui est dans le noir, quel coup de main donner à l'élève qui cherche, comment relancer l'élève qui ne sait qu'à demi, quelle tâche proposer à celui qui a compris distinctement...». Précisant que le modèle évoqué est pratiqué avec succès dans certaines écoles, le pédagogue a invité les jeunes diplômés à rencontrer les enseignants qui y oeuvrent, une démarche qui, nul doute, devrait s'avérer une source féconde d'inspiration.