Volume XXVI Numéro 6, 29 NOVEMBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Recherches novatrices pour le traitement du cancer !

Trente ans de géographie

Nouveau Laboratoire IBM-ESG


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Recherches novatrices pour le traitement du cancer !

Trente ans de géographie

Nouveau Laboratoire IBM-ESG

Faculté de science politique et de droit
Un seul candidat brigue les suffrages


Le virage ambulatoire sur l'autoroute de l'information

Doctorat honorifique à Pierre Angers

Mondialisation et démocratie

Maîtrise en finance appliquée

Bac en urbanisme

« La vie avant les profits »

Les réseaux socioprofessionnels, un gage de solidarité

Trouble panique avec agoraphobie

Des services psychologiques pour la population

La tragédie de Poly toujours présente à la mémoire

Loi sur le tabac

Bogues sous surveillance

Pour inculquer le goût de l'art

30 bourses d'entrée en psychologie

Campagne Centraide

5e Gala des Prix Émergence

Prix Alcide-Ouellet

Calendrier de l'an 2000

Conférences en philo

Dix ans d'architecture israélienne

VITE LU

Bac en urbanisme

Une formation à l'avenir prometteur
M. Pierre-Yves Guay, directeur du baccalauréat en urbanisme.
Le baccalauréat en urbanisme de l'UQAM est devenu le premier programme non européen à être accrédité par l'Association pour la promotion de l'enseignement et de la recherche en aménagement et en urbanisme. Quels sont les atouts qui ont valu au bac d'être reconnu par cette association qui regroupe, au sein de la francophonie, une trentaine de programmes en urbanisme? La pertinence de l'orientation professionnelle, l'originalité des stratégies pédagogiques utilisées, les qualités pluridisciplinaires de la formation et de l'équipe enseignante, pour ne nommer que ceux-là.

Une réforme qui valait le coup!
Selon le directeur du programme, M. Pierre-Yves Guay, cette reconnaissance internationale - qui s'ajoute à une série d'autres indicateurs liés notamment à la satisfaction des étudiants et au placement des diplômés - vient confirmer le bien-fondé des postulats sur lesquels repose le nouveau bac en urbanisme. Le programme, de rappeler M. Guay, a en effet fait l'objet d'un processus de révision majeure1 qui a mené, en 1995, à la mise en place d'un bac entièrement repensé et adapté aux nouvelles réalités du marché du travail. « Le programme offre maintenant une formation très nettement orientée vers le créneau professionnel de l'urbanisme opérationnel2. Nous avons aussi privilégié une formule d'apprentissage par projet qui, par des exercices de conception simulant des situations réelles en milieu de travail, permet à nos étudiants d'acquérir de véritables savoir-faire pratiques. Enfin, l'utilisation des plus récentes technologies informatiques d'analyse et de communication multimédia a été étendue à la plupart des cours. »

Cette opération de révision du programme, selon M. Guay, s'est avérée des plus positives : « Les étudiants actuels se montrent très satisfaits de la formation que nous leur offrons. Par ailleurs, nous en sommes maintenant à notre deuxième cohorte de diplômés et les échos que nous obtenons révèlent que leur performance sur le marché de l'emploi s'est grandement améliorée, tant en ce qui concerne la rapidité de leur placement que la satisfaction des employeurs à leur égard »3. En outre, de préciser M. Guay, la décennie qui vient devrait voir progresser les emplois reliés aux fonctions inhérentes à la planification locale et au contrôle de l'utilisation du sol. En effet, l'avenir est prometteur, selon lui, puisque les 96 schémas d'aménagement - dont l'élaboration par les MRC accusait un retard d'environ 5 à 6 ans - commencent maintenant à entrer en vigueur les uns après les autres. Or, le nouveau bac a justement été conçu pour transmettre les connaissances théoriques et pratiques nécessaires à l'accomplissement des principales tâches qui découleront de ce processus et auxquelles seront conviés les urbanistes au cours des prochaines années.

1. Cette démarche, qui s'est déroulée de 1991 à 1995, a impliqué, notamment, une vingtaine de professionnels de l'urbanisme et d'employeurs, une quinzaine de professeurs et de chargés de cours, des spécialistes en évaluation de programme, une dizaine d'étudiants et près de 300 diplômés.

2. L'urbanisme opérationnel recouvre deux principaux domaines, soit : l'urbanisme municipal, qui correspond à la planification territoriale que les municipalités régionales et locales doivent réaliser en élaborant les schémas d'aménagement régionaux, les plans et les règlements d'urbanisme locaux; et l'urbanisme de projet, qui correspond à la planification d'un projet d'aménagement ou de développement de structures physiques à l'échelle d'un terrain, d'un site ou d'un quartier.

3. À titre d'exemples, parmi les 37 diplômés de 1998 qui composaient la première cohorte du nouveau bac, 35 ont été rejoints par M. Guay lors d'un bref sondage maison : 20 d'entre eux occupaient un emploi directement relié à leurs études, 3 oeuvraient dans un domaine connexe et 9 étaient aux études supérieures; uniquement 2 diplômés assumaient des fonctions non reliées à leur domaine d'études et 1 seul était, depuis peu, à la recherche d'un emploi.