Volume XXVI Numéro 6, 29 NOVEMBRE 1999
13/09/99 27/09/99 12/10/99 25/10/99 8/11/99 22/11/99
17/01/00 31/01/00 14/02/00 28/02/00 13/03/00 27/03/00 10/04/00
LES ARCHIVES
LA UNE

Recherches novatrices pour le traitement du cancer !

Trente ans de géographie

Nouveau Laboratoire IBM-ESG


SOMMAIRE DU NUMÉRO

Recherches novatrices pour le traitement du cancer !

Trente ans de géographie

Nouveau Laboratoire IBM-ESG

Faculté de science politique et de droit
Un seul candidat brigue les suffrages


Le virage ambulatoire sur l'autoroute de l'information

Doctorat honorifique à Pierre Angers

Mondialisation et démocratie

Maîtrise en finance appliquée

Bac en urbanisme

« La vie avant les profits »

Les réseaux socioprofessionnels, un gage de solidarité

Trouble panique avec agoraphobie

Des services psychologiques pour la population

La tragédie de Poly toujours présente à la mémoire

Loi sur le tabac

Bogues sous surveillance

Pour inculquer le goût de l'art

30 bourses d'entrée en psychologie

Campagne Centraide

5e Gala des Prix Émergence

Prix Alcide-Ouellet

Calendrier de l'an 2000

Conférences en philo

Dix ans d'architecture israélienne

VITE LU

La tragédie de Poly toujours présente à la mémoire
Le 6 décembre 1989, 14 jeunes femmes, en grande majorité des étudiantes de l'École Polytechnique, étaient froidement abattues sous les yeux de leurs camarades et dans la stupeur générale. Dans le cadre du dixième anniversaire de cette tragédie, une programmation étendue d'activités a été élaborée par la Fondation des victimes du 6 décembre contre la violence. Au nombre des partenaires figure la Société de philosophie du Québec qui tiendra, pour l'occasion, un important colloque à l'UQAM, les 4 et 5 décembre prochains, dans le but de mieux comprendre la violence, ses causes et ses effets. Précisons d'emblée que le Comité organisateur de ce colloque est composé de Catherine Audrain, directrice de La Traversée, de Paul Dumouchel, professeur au Département de philosophie et de Maria-Filomena de Soussa, étudiante au doctorat au même département.

Un colloque international et interdisciplinaire
Sous le thème Violences, victimes et vengeances, le colloque réunira des professeurs-chercheurs spécialistes de la réflexion sur la violence, ainsi que des praticiens et des intervenants actifs en matière de gestion sociale de l'action violente et de ses effets. Comment saisir ce qui motive la violence? Comment agit-elle sur les victimes? sur leurs proches? sur nous tous? Voilà quelques-unes des questions qui feront l'objet des discussions. À noter que le programme a été divisé en trois volets, chacun abordant le phénomène de la violence sous un angle différent, soit celui de l'anthropologie, de l'éthique et du droit. Parmi la dizaine de conférenciers invités, mentionnons M. René Girard, professeur émérite de l'Université Stanford; M. Lukas Sosoé, de l'UdeM; M. Wolfgang Palaver, de l'Université d'Innsbruck; Mme Jocelyne Couture, de l'UQAM et l'Honorable Jean-Pierre Bonin, juge à la Cour du Québec.

Inscriptions
L'événement se déroulera à l'auditorium DS-R510 du pavillon J.-A.-DeSève et une période d'inscription est prévue de 12 h 30 à 14 h 30, le samedi 4 décembre. Toutefois, dans la mesure où le nombre de places est limité, il est recommandé de s'inscrire à l'avance. Les frais d'inscriptions sont de 50 $ (régulier) et de 5 $ (étudiant). Pour plus d'informations, on communique avec Mme de Soussa au 987-3000, poste 7665 ou au d33635@er.uqam.ca

À l'IREF
« Se souvenir pour agir »
La communauté universitaire est également invitée à venir voir et entendre une chorale de femmes qui se produira lors de la journée commémorative du 6 décembre, de 12 h 30 à 13 h 30, à la Grande Place du pavillon Judith-Jasmin. Initié par le Mouvement contre le viol et l'inceste et organisé par l'Institut de recherches et d'études féministes de l'UQAM (IREF), en collaboration avec le SEUQAM, le SPUQ, les SVE et le Centre de femmes de l'Université, l'événement vise à sensibiliser les personnels et les étudiants à la violence faite aux femmes. Les chants seront interprétés par des femmes qui fréquentent des groupes de femmes ou y travaillent, auxquelles se joindront des membres de la chorale Choeur Mahat. De plus, Mme Claire Roberge, mère d'une des victimes et présidente de la Fondation des victimes du 6 décembre contre la violence, procédera à la lecture publique d'un conte dont elle est l'auteure. Enfin, un discours sur les revendications de la Marche mondiale des femmes de l'an 2000 sera également prononcé lors de l'événement.