Numéro 10,
27 janvier 1997



Études gaies et lesbiennes

Des cours plus populaires que prévu


M. Richard Desrosiers, professeur au département d'histoire.


Cet hiver, le Groupe interdisciplinaire de recherches et d'études homosexualité et société (GIREHS) offre deux cours à tous les étudiants intéressés par les études gaies et lesbiennes. "En fait, précise Richard Desrosiers, professeur au département d'histoire, la banque du GIREHS compte trois cours approuvés par la commission des études: le cours d'introduction est dispensé aux sessions d'automne et d'hiver alors que les deux autres sont offerts en alternance."

Le cours d'introduction, Homosexualité et société, vise une meilleure compréhension de différents aspects de la réalité historique, sociale, culturelle et politique des lesbiennes et des gais dans les sociétés occidentales contemporaines. De plus, il propose un aperçu général et critique des différentes approches, concepts et méthodes utilisés pour l'analyse de l'homosexualité. Le cours se présente sous forme d'exposés magistraux et des conférenciers sont invités à présenter leurs recherches sur différents aspects de la réalité des gais et des lesbiennes. Il est dispensé par les professeurs Richard Desrosiers et Lyne Chamberland.

Le deuxième cours au programme cet hiver s'intitule Homosexualité: régulation sociale et problématique d'intervention. Avec les professeurs Michel Dorais et Anne Vassal, les étudiants tentent d'approfondir l'analyse de la régulation sociale de la sexualité. On veut aussi sensibiliser les étudiants aux effets des stéréotypes et des préjugés et susciter une réflexion critique sur les problématiques d'intervention auprès des lesbiennes et des gais.

Vers une concentration
"Les cours sont toujours donnés en «team teaching» composé d'un homme et d'une femme, ajoute M. Desrosiers. De plus le niveau de réponse est étonnant puisque chaque semestre ils attirent de 60 à 65 étudiants. Le cours d'introduction est offert pour la quatrième fois cette année et le département d'histoire compte lancer un nouveau cours. Plusieurs départements pourraient aussi faire la même chose. Si tout fonctionne comme prévu, on aimerait ouvrir une concentration en études gaies et lesbiennes."

Le GIREHS
Créé en 1994, le GIREHS réunit des professeurs, chercheurs et étudiants des deuxième et troisième cycles qui s'intéressent au développement de la recherche et de l'enseignement sur l'homosexualité. Il compte une soixantaine de membres. Ses principaux champs d'analyse sont la construction sociale de l'homosexualité, les conditions de vie des lesbiennes et des gais et les rapports entre sexe, genre et sexualité. Des questions qui sont toutes abordées dans une perspective interdisciplinaire.

"Je suis content du travail accompli jusqu'à maintenant", confie M. Desrosiers qui se dit ravi que l'Université cautionne les études gaies et lesbiennes. Il est aussi confiant en l'avenir. "Notre développement ira de paire avec l'implication des professeurs", conclut-il.