Numéro 12,
24 février 1997


Prix Synergie universités-industrie

L'UQAM participe à la création d'un programme de recyclage du bois traité


Le professeur Robert Hausler, du département de chimie de l'UQAM, directeur de la station expérimentale des procédés pilotes en environnement (STEPPE) qui est responsable du programme de gestion intégrée des résidus de bois traité.

L'Université du Québec à Montréal et six partenaires industriels - Bell Canada, Ciment St-Laurent, Hydro-Québec, CN Rail, CP Rail ainsi que les poteaux LPB - ont reçu un prix Synergie universités-industrie, parrainé par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie et le Conference Board du Canada, pour la création d'un programme de gestion intégrée des résidus de bois traité. Quelle est donc la nature de ce programme qui aura exigé 1,3 million de dollars, dont 200 000 $ seront versés directement à l'UQAM, de juin 1996 à septembre 1997?

Les objectifs
"Les objectifs sont de trois ordres, d'expliquer Robert Hausler, responsable du programme et directeur de la station expérimentale des procédés pilotes en environnement (STEPPE) de l'UQAM. Pour les promoteurs (Ciment St-Laurent et poteaux LPB), il s'agit de rentabiliser l'utilisation de bois traité. Pour les entreprises du secteur privé, il leur faut régler le problème de déchets de bois traité avec des matières chimiques, principalement des poteaux de téléphone et des rails de chemins de fer. Enfin, pour nous, de la STEPPE, il faut non seulement intégrer l'action de tous les acteurs mais aussi vérifier l'impact du processus de recyclage sur l'environnement."

On travaille par conséquent à un projet où tous les partenaires vont unir leurs efforts afin d'éliminer de façon écologique les résidus de bois traité avec des produits de préservation organiques. La solution? Les brûler à haute température dans une cimenterie, de manière à n'avoir aucune retombée polluante pour l'environnement tout en permettant ainsi la fabrication de ciment.

Le rôle de la STEPPE
"Ce qui est génial dans ce projet, de s'exclamer le professeur Hausler, c'est que nous, les universitaires, jouons véritablement le rôle d'intermédiaire entre la société et le milieu industriel." Au début, l'équipe de la STEPPE établit les objectifs du programme et voit aux protocoles de recherche. Par la suite, elle offre des services-conseils aux différents partenaires et veille, de manière impartiale, au respect des objectifs environnementaux du programme, puisque la réalisation des travaux est confiée à des firmes privées. De plus, la STEPPE a la responsabilité de la diffusion des résultats de recherche auprès de la communauté scientifique et de l'industrie.

Les résultats du programme devraient permettre la possible construction d'une scierie, sous l'égide de Ciment St-Laurent, pour le recyclage du bois traité. Des rapports scientifiques, établis par la STEPPE, informeront l'entreprise des émissions à surveiller au moment du sciage du bois traité et lui indiqueront de quelle manière procéder pour les contrôler. D'autres rapports scientifiques informeront la cimenterie de l'effet de la combustion du bois traité sur l'environnement.

"Cette vision intégrée du recyclage, de préciser Robert Hausler, où nous examinons scientifiquement toutes les facettes du processus - récupération, transport, déchiquetage, présence de produits chimiques et combustion - est unique au monde. Je crois qu'il y a là une solution à long terme pour ce type de résidus en plus de développer une espèce de modèle qui pourrait être exporté à travers le monde".