Numéro 12,
24 février 1997


Le CREFÉ a le vent dans les voiles

Des recherches sur l'emploi et les fluctuations économiques tributaires de leur pertinence scientifique et sociale


M. Louis Phaneuf, directeur du CREFE et professeur au département des sciences économiques.

Présence dans les revues de haute qualité internationale, taux de succès auprès des deux principaux organismes subventionnaires, rayonnement dans le milieu, qualité du climat intellectuel, cohésion du groupe, placement professionnel des étudiants et productions de transfert: autant de réalisations du Centre de recherche sur l'emploi et les fluctuations économiques (CREFÉ) qui, au cours des quatre dernières années, ont dépassé les attentes institutionnelles. En recevant récemment le bilan d'activités l992-l996 et le plan triennal de travail l996-l999 de ce Centre, les instances universitaires* n'ont pas manqué de féliciter ses auteurs "pour l'abondance et la qualité des informations fournies en appui à son bilan et son plan de travail, ainsi que pour l'effort notable d'apporter des informations qualitatives précises, au-delà de celles qui étaient requises".

Nul doute que le CREFÉ se porte bien, confirme le directeur Louis Phaneuf, professeur au département des sciences économiques, puisque la réputation du Centre sur les scènes nationale et internationale ne cesse de croître. Et pour cause. En cette fin de siècle marquée par les profonds bouleversements économiques et sociaux que l'on sait, et leur impact majeur sur la dynamique du travail, les activités du CREFÉ sont axées sur six grandes thématiques actuelles, d'une indéniable pertinence scientifique et sociale: L'incidence des politiques publiques sur les choix économiques des ménages et des entreprises; La montée du chômage, les changements de comportement social et les coûts économiques pour la société; La structure du marché du travail, du marché des produits, et l'efficacité des politiques économiques; Les choix de vie commune, de travail et de fécondité des ménages; La gestion de la main-d'oeuvre par les entreprises et l'appariement du travail et des nouvelles technologies; La dynamique du marché du travail et son impact sur les fluctuations de l'économie globale.

"Approfondir ces questions d'un intérêt vital pour la société, écrit Louis Phaneuf, comprendre cette dynamique nouvelle du marché du travail, en mesurer l'impact sur l'activité économique globale et chercher à accroître l'efficacité des politiques publiques, constitue le thème unificateur de recherche du Centre...". Les études entreprises dans ce cadre ont par ailleurs la particularité de vouloir camper, au sein d'une même approche englobante, l'analyse microéconomique des choix économiques individuels et l'analyse macroéconomique des fluctuations de l'emploi et de l'activité économique.

Qui oeuvre au CREFÉ? 14 chercheurs réguliers (dont 13 du département précité et un d'un établissement universitaire étranger), 7 chercheurs associés (dont 3 de l'UQAM et 4 de l'extérieur), 30 étudiants de maîtrise, 14 étudiants de doctorat et un post doctoral: soit, pour l'année en cours, plus d'une soixantaine de personnes au total.

Quant aux activités prioritaires prévues au plan triennal du CREFÉ, elles graviteront principalement autour de trois programmes de recherche mis de l'avant par autant d'équipes: Les choix économiques personnels, la politique économique et le cycle; Dynamiques économiques et sociales des familles et politiques publiques; Redistribution sociale et sécurité du revenu - Une approche d'équilibre général dynamique. Près d'un demi-million de dollars de subventions devraient permettre de réaliser ces programmes. L'apport plus individuel de certains membres, par ailleurs très significatif pour l'ensemble, selon le professeur Phaneuf, complète le tableau.

Le CREFÉ sera en outre appelé à concrétiser, au cours des trois prochaines années, certaines recommandations des instances universitaires: élargir son équipe de chercheurs réguliers en recrutant, si possible, des membres d'autres disciplines et d'autres universités; accroître ses efforts en vue de hausser le volume per capita de son financement externe; et enfin, tenter d'obtenir une reconnaissance d'excellence sous forme d'une subvention d'infrastructure du volet Centre du Fonds FCAR, ou l'équivalent.


  • * Conseil d'administration, commission des études et sous-commission des études avancées et de la recherche.