Numéro 14,
24 mars 1997


Un second mandat pour l'Institut des sciences de l'environnement


M. Marc Lucotte, nouveau directeur de l'Institut des sciences de l'environnement à l'UQAM.

Le Conseil d'administration de l'UQAM vient d'adopter un projet de modification des statuts et mandat de l'Institut des sciences de l'environnement (ISE), tout en lui accordant un second mandat de cinq ans. Le Conseil a également entériné la nomination de M. Marc Lucotte au poste de nouveau directeur de l'ISE, en remplacement de M. Jean-François Léonard qui été nommé vice-recteur au partenariat et affaires externes.

Le rôle de l'Institut
Créé en 1990 et déjà reconnu à l'extérieur de l'UQAM comme un important réseau d'expertise, l'Institut a pour objectif général de favoriser le développement de la formation et de la recherche en sciences de l'environnement. Principal interlocuteur institutionnel en ce qui a trait aux interventions, tant internes qu'externes, de l'Université en sciences de l'environnement, il remplit essentiellement des fonctions de coordination en matière d'enseignement, de recherche et de relations avec les milieux socio-économiques. Dans cet esprit, l'Institut vise à devenir un réseau intégré de ressources humaines.

De nouveaux statuts et mandat
Une des modifications importantes, apportée aux statuts et mandat, concerne les ressources humaines de l'ISE. En effet, les professeurs désirant être membres de l'Institut pourront désormais être libérés par leurs départements, à temps plein ou à temps partiel (pour l'essentiel ou une partie significative de leurs tâches). Ces libérations sont d'une durée de cinq ans et peuvent être renouvelables. Selon le nouveau directeur de l'ISE, M. Lucotte, il s'agit là d'un "changement capital car il permettra non seulement une implication professorale accrue et soutenue, mais aussi le développement d'un sentiment d'appartenance à l'Institut tant chez les professeurs que chez les étudiants. Ces derniers réclamaient depuis longtemps un lieu auquel ils pouvaient s'identifier".

Par ailleurs, le programme de maîtrise en sciences de l'environnement, qui relève de l'ISE et auquel sont inscrits environ 200 étudiants, subira des changements majeurs à partir de septembre 1997. En effet, le programme sera désormais ouvert aux professeurs et aux étudiants de sciences humaines et sociales, et ce dans le but de mieux arrimer celles-ci aux sciences naturelles et appliquées dans la résolution des problèmes environnementaux. Enfin, une réflexion est déjà entamée quant à l'ouverture possible du programme de doctorat à ces mêmes sciences humaines et sociales.

Signalons qu'en plus des programmes de deuxième et troisième cycles, l'Institut gère également un diplôme d'études supérieures en gestion durable des ressources forestières, ainsi qu'un programme de deuxième cycle en éducation relative à l'environnement. En outre, l'ISE a conçu deux projets de programmes de baccalauréat, soit en sciences appliquées en environnement et en génie de l'environnement.

Un lieu de concertation
Comme le souligne M. Lucotte, l'ISE n'entend pas se substituer aux départements et aux centres et groupes de recherche existants qui oeuvrent dans les domaines de la formation et de la recherche en sciences de l'environnement, ni à empiéter sur leur terrain, mais à agir en complémentarité avec eux. En d'autres termes, l'Institut se veut un lieu de concertation et d'échanges à caractère multidisciplinaire, multidépartemental et multisectoriel.