Numéro 14,
24 mars 1997


Le PAFARC: un nouveau départ!


MM. François Carreau, doyen des études avancées et de la recherche et Marc Blain, directeur du service de la recherche et de la création.



À la suite d'une révision majeure, le Programme d'aide financière à la recherche et à la création (PAFARC) comporte, depuis février dernier, de nouveaux aspects. À un point tel que l'on peut parler, aux dires de François Carreau, doyen des études avancées et de la recherche, d'un "nouveau programme".

Sans entrer dans le détail des modalités de fonctionnement du programme - trop longues à décrire - le doyen Carreau a tout de même tenu à rappeler les raisons d'un tel changement: "Raisons qui sont au nombre de trois; premièrement, au cours des trois dernières années, le financement interne a subi d'importantes restrictions budgétaires; deuxièmement, il a fallu tenir compte de l'évolution du financement externe de plus en plus orienté vers des équipes ou des groupes de recherche intégrés à des réseaux d'excellence; enfin, la volonté exprimée par l'administration précédente ainsi que l'actuelle rectrice allait dans le sens d'une décentralisation où, du moins nous le croyons, la recherche serait mieux servie par un département ayant clairement déterminé ses priorités".

Dans ces perspectives, trois volets majeurs de l'ancien programme ont été largement remaniés, soit: les infrastructures départementales de recherche, les centres de recherche ainsi que les équipes de recherche. Tous les autres volets (nouveaux chercheurs, services à la collectivité, création, cas spéciaux) ont été peu modifiés.

Dans le premier cas, celui des infrastructures départementales, la responsabilité de gestion des sommes reçues est désormais celle des départements. Ces derniers verront à l'élaboration des grands objectifs de recherche ainsi qu'à leur mise en oeuvre; les professeurs s'adressent alors à leurs départements respectifs pour obtenir des subventions ou en faire les demandes. Pour François Carreau, cette façon de faire présente un avantage indéniable car elle "simplifie la procédure jadis existante".

Dans le second cas - les centres de recherche - l'accent sera mis sur la recherche de haut calibre; "nous souhaitons le regroupement de professeurs à l'intérieur de centres de recherche, de préciser Marc Blain, directeur du service de la recherche et de la création, afin de développer un niveau de performance supérieure. Le tout vise éventuellement une reconnaissance externe d'excellence, certes capitale pour l'avancement des savoirs mais aussi pour l'obtention d'autres sources de financement."

Finalement, le nouveau programme d'aide financière devrait permettre, en ce qui a trait aux équipes de recherche, de développer à plus long terme deux grandes orientations: un encadrement plus rigoureux des étudiants dans le but d'offrir un milieu propice à leur épanouissement académique ainsi qu'une approche multidisciplinaire des objets complexes de recherche.

Bref, pour en savoir davantage sur toutes les nouvelles facettes de ce PAFARC, on peut rejoindre le site suivant: http:/www. unites.uqam. ca/src/pafarc