Numéro 14,
24 mars 1997


Sciences de l'éducation

Reconnaissance de stages à l'étranger


À l'avant-plan: Stéphanie Leblanc, finissante au baccalauréat "enseignement en adaptation scolaire et sociale" et Carine Dubois, diplômée en adaptation scolaire et sociale (formation initiale). À l'arrière-plan: Renée Charue, responsable et superviseur des études et stages à l'étranger ainsi que René Bolduc, directeur du module d'enseignement en adaptation scolaire et sociale (F.I.).

Deux étudiantes inscrites* aux sciences de l'éducation ont complété, l'an dernier, un stage à l'étranger. L'une, Carine Dubois, a poursuivi son stage dans un centre pour handicapés visuels, à Bordeaux en France; l'autre, Stéphanie Leblanc, quant à elle, a mené un stage dans une école pour déficients intellectuels, à Lima (Pérou).

"Ces deux stages, qui sont autant d'expériences-pilotes pour nous, de préciser René Charue, professeur au département des sciences de l'éducation et responsable des études et stages à l'étranger, s'inscrivent dans la volonté et les objectifs proposés par notre administration universitaire quant à l'internationalisation des échanges universitaires et de la formation dans des universités étrangères".

Toutefois, aux problèmes pratiques, inhérents à tout séjour prolongé dans un pays étranger, qu'il a fallu résoudre (hébergement, frais de séjour, intégration culturelle, etc.), s'ajoute, de dire le professeur Charue, l'absence officielle de structure de stage: "D'une université à l'autre, les choses étant fort différentes, la préparation d'un stage n'est pas toujours facile. Le bureau de la coopération internationale nous a fourni un soutien appréciable. Cependant, un problème persiste: en matière d'adaptation scolaire, les cours offerts à l'UQAM sont bien définis et le champ d'action bien circonscrit, ce qui n'est pas le cas de nombreuses universités étrangères. Ceci vient quelque peu compliquer la sélection et la reconnaissance des stages. Il y a encore beaucoup de travail à accomplir!"

Malgré tout le chemin qu'il reste à parcourir dans les échanges interuniversitaires concernant l'adaptation scolaire, le professeur Charue ne désespère pas. "En envoyant une stagiaire à Lima et une autre à Bordeaux - ce qui a exigé énormément d'efforts de notre part - nous avons tout de même créé, c'est le cas notamment pour Lima où il y a une demande pour nos étudiants, des ouvertures de la part de ces deux universités. Sur la base des deux expériences-pilotes, nous en sommes venus à la conclusion qu'il vaut mieux négocier, par l'intermédiaire de l'UQAM et de manière plus formelle, des protocoles de stages. Si nous parvenons bientôt à les conclure, cela aidera grandement nos stagiaires!"


  • Carine Dubois et Stéphanie Leblanc donneront un exposé sur leur expérience respective de stagiaire le jeudi, 27 mars 1997, à 12h30, au NM-110. Y sont conviés tous ceux qu'un stage dans un pays étranger pourrait intéresser.