Numéro 15,
7 avril 1997


Le Groupe d'études interdisciplinaires en géographie et environnement régional (GEIGER)

Un jeune groupe de recherche en développement


M. Jean-Philippe Waaub, professeur au département de géographie et directeur du GEIGER

Développement durable, Atlas du Québec, bio-diversité du Saint-Laurent, gestion intégrée des ressources forestières, tels sont quelques-uns des thèmes des projets de recherche dans lesquels se trouve impliqué le Groupe d'études interdisciplinaire en géographie et environnement régional (GEIGER), dirigé par M. Jean-Philippe Waaub, professeur au département de géographie à l'UQAM.

Une approche interdisciplinaire Créé il y a trois ans, le GEIGER, qui est rattaché à l'Institut des sciences de l'environnement de l'UQAM, oriente ses activités scientifiques vers l'analyse et la résolution de problématiques régionales à caractère environnemental. Ce qui caractérise l'approche du GEIGER, d'expliquer M. Waaub, c'est "le partage, entre chercheurs et professeurs, de méthodes et d'outils d'analyse communs dans quatre grands champs disciplinaires":

  1. la mise au point de systèmes d'information géographique qui permettent de combiner plusieurs couches d'information dans une perspective de planification de réseaux d'espaces protégés;
  2. l'analyse de la cartographie écologique du territoire, un outil d'interprétation qui consiste à fournir les bases géo-physiques de l'aménagement du territoire;
  3. les méthodes d'aide à la décision d'aménagement et l'analyse multicritère qui visent à ouvrir le processus décisionnel à un ensemble de critères, non seulement économiques, mais aussi d'ordre social et environnemental;
  4. la mobilisation sociale et le développement local qui partent du principe que le développement doit se faire sur une base locale en créant les conditions d'une mobilisation des principales forces sociales actives dans une communauté et une région données.

Les projets en cours
Le GEIGER vient de terminer la première phase d'un projet de recherche, mené en collaboration avec le Conseil régional de l'environnement de Lanaudière, qui visait à élaborer pour la région un système d'information géographique destiné à en permettre l'aménagement, à mieux gérer ses ressources et à protéger ses espaces naturels, et ce dans une perspective de développement durable.

Par ailleurs, le GEIGER participe, avec des géographes et des spécialistes de d'autres universités québécoises, à la réalisation d'un Atlas national du Québec que l'on peut maintenant consulter sur Internet. Cet Atlas, qui couvre non seulement le Québec dans son ensemble mais aussi ses diverses régions, compte actuellement une trentaine de cartes, graphiques ou illustrations. Son objectif est de dégager les tendances lourdes qui président à l'évolution du territoire québécois et les mettre à la disposition de tous les acteurs impliqués dans la planification du développement.

Parmi les autres projets de recherche "structurants" en cours, signalons le projet Saint-Laurent 2000 qui cherchera à évaluer la diversité écologique et biologique du Saint-Laurent et celui qui vise à développer un système intégré d'aide à la décision pour l'aménagement de la plaine inondable de la rivière Saint-Charles dans la région de Québec.

Le GEIGER, qui compte dans ses rangs six professeurs ainsi que des professionnels de recherche, a déjà fait publier les résultats de ses recherches dans diverses revues comme Les Cahiers de géographie du Québec et Recherches sociographiques.