Numéro 16,
5 mai 1997


Études stratégiques et diplomatiques

La Chaire Raoul-Dandurand a un nouveau partenaire: Téléglobe Inc.



La Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques modifie son appellation: elle devient désormais la chaire Téléglobe Raoul-Dandurand. Ceci dans le but de souligner l'important appui financier que lui fournira, au cours des quatre prochaines années, Téléglobe Inc., entreprise canadienne de télécommunications. Le montant versé s'élève à 200 000 dollars.

Madame Paule Leduc, rectrice de l'UQAM, n'a pas manqué de souligner l'aspect positif d'une telle contribution: "Nous croyons que la société bénéficiera de la portée accrue qui est celle désormais de la Chaire". Quant à monsieur Charles Sirois, président du conseil et chef de la direction de Téléglobe Inc., il a tenu à souligner qu'"au moment où l'économie et les communications se globalisent, il est essentiel que chacun puisse accéder aux ressources et au savoir du milieu universitaire en matière de relations internationales. L'un des volets de la mission de la Chaire Téléglobe Raoul-Dandurand est justement de répondre aux besoins des organisations qui souhaitent accroître leurs connaissances des pays étrangers".
Téléglobe Inc. versera 200 000 $ lors des quatre prochaines années à la Chaire d'études stratégiques et diplomatiques de l'UQAM. On retrouve, de gauche à droite: MM. Claude Castonguay, vice-président du conseil de la Banque Laurentienne du Canada et président du conseil de direction de la Chaire Téléglobe Raoul-Dandurand, Charles-Philippe David, professeur au département de science politique et titulaire de la chaire, Raymond Chrétien, ambassadeur du Canada aux États-Unis, invité à prononcer une conférence sur l'état des relations canado-américaines, Charles Sirois, président du conseil et chef de la direction de Téléglobe Inc. ainsi que madame Paule Leduc, rectrice de l'Université du Québec à Montréal.

Rappelons que la mission de la Chaire en est une d'information, de formation, de recherche, d'expertise et de consultation auprès des universités, des organismes étatiques, des organisations internationales et du secteur privé. En ce qui a trait aux recherches, elles portent sur deux grands aspects de la diplomatie internationale: la consolidation de la paix ainsi que la sécurité et la stabilité en Europe de l'Est et dans l'ancienne Union soviétique. Dans le premier cas, on souhaite examiner les stratégies de reconstruction de sociétés, de régions et pays dévastés par des crises, des conflits et des guerres. Dans le second cas, il s'agit d'étudier les conséquences qu'entraîne l'élargissement de l'OTAN pour la sécurité européenne et les enjeux mis en cause dans les relations avec la Russie.

À cet égard, la Société pour l'expansion des exportations (SEE) a aussi annoncé le versement d'une somme de 100 000 dollars, sur une période de cinq ans, afin de financer des travaux sur les aspects politiques et stratégiques du passage à l'économie de marché dans les pays de l'Europe de l'Est et de l'ex-URSS.