Numéro 16,
5 mai 1997


Dans le cadre de l'Estivale 1997

Colloque sur les enjeux pédagogiques et politiques de l'enseignement de la danse


Mesdames Madeleine Lord et Monik Bruneau, professeures au département de danse et organisatrices de l'Estivale 1997.

Du 5 au 8 juin prochains, se tiendra au pavillon Latourelle de l'UQAM la quatrième édition d'un colloque que l'on appelle l'Estivale. Consacrée au renouvellement du paysage de l'enseignement de la danse, et plus particulièrement à ses enjeux pédagogiques et politiques, l'Estivale 97 est organisée par Monik Bruneau et Madeleine Lord, professeures au département de danse de l'UQAM, ainsi que par Louise Lapierre du Regroupement québécois de l'enseignement de la danse.

Les objectifs
Le colloque s'adresse aux professeurs de danse en provenance de tous les milieux, scolaire, récréatif et professionnel, qui désirent questionner leur pratique de l'enseignement et qui ont envie de faire l'apprentissage de nouvelles approches et activités pédagogiques. En fait, soulignent Monik Bruneau et Madeleine Lord, "l'Estivale vise trois grands objectifs:1) d'abord rassembler les praticiens de l'enseignement en leur offrant un lieu qui leur permettra de se rencontrer et de partager leurs expériences; 2) valoriser la profession d'enseignant de la danse quelque soit le secteur dans lequel elle se pratique; 3) mettre à jour les compétences et les connaissances en faisant connaître les nouveaux courants pédagogiques". À noter que lors de la journée du dimanche 8 juin, la parole sera donnée à des enseignants oeuvrant dans divers secteurs de la danse pour qu'ils puissent témoigner de leurs expériences et de leurs préoccupations.

Les enjeux
Des conférences, des ateliers d'expérimentation ainsi que des tables rondes se tiendront afin de lancer le débat autour de deux thèmes principaux: les enjeux pédagogiques et politiques de l'enseignement de la danse. Sur le plan pédagogique, les échanges porteront sur les meilleures façons d'intégrer les approches somatiques et les activités d'appréciation aux classes de danse de différents niveaux. Une attention particulière sera accordée à l'éducation du spectateur, une responsabilité nouvelle de l'enseignant de la danse, de préciser Mmes Bruneau et Lord. Signalons la participation, à titre de conférenciers, de chorégraphes, pédagogues, interprètes provenant de tous les milieux de l'enseignement de la danse, non seulement au Québec mais aussi en France.

Enfin, sur le plan politique, on discutera, notamment, de la position du ministère de l'Éducation du Québec (MEQ) concernant la place de la danse dans la politique gouvernementale en matière d'enseignement des arts à l'école et les modalités d'implantation de programmes d'études en danse. Les intervenants attendront du ministère, dont des représentants seront présents au colloque, des orientations claires pour chacun des secteurs.

Lors de la soirée d'ouverture du colloque, à laquelle ont été invités la ministre Mme Pauline Marois, la rectrice Mme Paule Leduc, le doyen des études avancées et de la recherche, M. François Carreau et la vice-doyenne de la famille des arts, Mme Louise Letocha, le département de danse remettra un prix d'excellence en vue de souligner une contribution exceptionnelle au développement de l'enseignement de la danse au Québec.

Pour obtenir davantage d'informations, on téléphone au 987-3000 poste 6899, ou on communique à l'adresse suivante: perreault-martin.monique@uqam.ca