Numéro 16,
6 mai 1996

Chaire Concordia-UQAM en études ethniques

Colloque sur les dynamiques interculturelles

en milieux urbains pluralistes

La Chaire Concordia-UQAM en études techniques sera l'hôte du VIe Congrès de l'Association internationale pour la recherche interculturelle (ARIC)*, qui se tiendra à l'Université du 21 au 25 mai prochain. Le thème retenu témoigne de la complexité des enjeux et des multiples réalités qui seront examinées à cette occasion: Dynamique(s) interculturelles(s): Diversité des espaces/Spécificité des pratiques. "Diversité des espaces, exposent les organisateurs, car les dynamiques interculturelles sont plurielles et varient d'un pays à l'autre, du Québec au Gabon en passant par l'Allemagne ou la France. Les lectures et définitions changent en adoptant des points de vue disciplinaires: psychologie, sociologie, anthropologie, histoire, linguistique, éducation ou science politique. Les interprétations et analyses diffèrent selon les appartenances individuelles ou collectives à des institutions scientifiques ou socio-communautaires. Cette diversité des espaces, nationaux, disciplinaires et institutionnels, entraîne une spécificité de la recherche, tant fondamentale qu'appliquée, et des pratiques d'intervention qui diffèrent selon leurs modalités d'action et les clientèles visées." La rencontre permettra donc à plus de 200 personnes - des chercheurs et des praticiens représentant une quinzaine de pays du Nord et du Sud ** - d'explorer ces diverses composantes caractérisant nos sociétés pluriethniques, dans une optique résolument pluridisciplinaire.


Dans l'ordre habituel, les professeurs Micheline Labelle, Daniel Salée et Marie-Louise Lefebvre.


La tenue d'un tel événement à l'UQAM est due à l'initiative de Micheline Labelle, professeure au département de sociologie et titulaire de la Chaire précitée - dont Efie Gavaki est co-responsable, à titre de directrice adjointe pour l'Université Concordia. Parmi les membres du comité organisateur issus des milieux universitaires et socio-économiques, mentionnons trois autres membres du comité de direction de la Chaire: Marie Louise Lefebvre, professeure au département des sciences de l'éducation de l'Université et vice-présidente de l'ARIC, Ernst Jouthe, professeur au département de travail social et Daniel Salée, professeur à l'Université Concordia. Ils ont pu compter sur le soutien financier du CRSH (30 000$), du ministère du Patrimoine canadien (7000$) et de l'UQAM, qui y va également d'un support matériel et logistique.

Les échanges se dérouleront surtout dans le cadre de 11 groupes thématiques de discussion, traitant de problématiques aussi diverses que: Éducation et diversité socioculturelle; Stratégies identitaires, relations inter-ethniques et racisme; Les situations plurilingues et leurs enjeux; État-nation, citoyenneté et droit; Différenciation, catégorisation sociale, économie et travail; Soins de santé: perspective interculturelle; Méthodologies: spécificité des méthodes, des concepts, des approches; Créativité et imaginaire de l'interculturel... Deux activités du colloque sont ouvertes au grand public: la conférence d'ouverture de Michel Oriol, président de l'ARIC et professeur à l'Université de Nice, portant le même titre que le Congrès (le 21 mai,18h, salle R-M110, pavillon de la gestion); et une table-ronde visant à faire le point sur les études ethniques au Québec, à laquelle participeront les titulaires des trois chaires québécoises spécialisées dans le domaine - de l'UdeM, l'UQAC et Concordia-UQAM (le 22 mai, 18h, Université Concordia).

Les retombées attendues d'un événement de cette envergure? Les professeures Labelle et Lefebvre font entre autres état d'une visibilité accrue pour la Chaire Concordia-UQAM en études ethniques - et donc pour les quelque 70 professeurs des deux institutions qui en sont membres, de toutes disciplines; du renforcement des réseaux de recherche et des équipes internationales de chercheurs, donnant ainsi accès au financement international; de la publication des Actes du congrès chez l'Armatan (Paris); de l'occasion extraordinaire donnée aux représentants des ONG, qui peuvent y puiser certaines influences pour leur action, et aux étudiants gradués, qui sont appelés à former la relève sur cette problématique très actuelle, tant politique qu'économique.


* L'ARIC est une association internationale pluridisciplinaire regroupant théoriciens et praticiens des pays du Nord et du Sud, destinée à favoriser par divers moyens - rencontres scientifiques, partenariats, réseau de collaboration et d'échanges d'information entre chercheurs - le développement de la recherche interculturelle.

** Entre autres pays représentés: l'Allemagne, le Gabon, l'Écosse, la France, le Liban, le Mexique, la Russie, la Suisse, le Zaïre...