Numéro 9,
13 janvier 1997


Hommage à Fernande Saint-Martin

"Choisir la recherche, c'est choisir la contradiction, mais aussi le dialogue"


Fernande Saint-martin (à droite) et la vice-doyenne de la famille des arts Louise Letocha.

Si Fernande Saint-Martin a pris sa retraite, en septembre dernier, du département d'histoire de l'art où elle oeuvrait depuis l979, elle n'est pas bien loin: elle vient d'y être accueillie à bras ouverts à titre de professeure associée. A l'occasion de ce double événement, le département précité, la famille des arts et le doctorat en histoire de l'art lui ont rendu un hommage touchant, lors d'une cérémonie intimiste à laquelle ont pris part des responsables académiques, des collègues professeurs, des employés et des étudiants qu'elle a dirigés. Entre autres témoignages entendus, celui de la vice-doyenne Louise Letocha, qui lui exprimait notamment toute sa reconnaissance "pour son apport à l'art, son engagement à faire reconnaître l'importance de l'art, et son rôle dans la communication humaine..."

A quoi s'occupe Fernande Saint-Martin, elle qui étrenne presque simultanément ses nouveaux statuts de professeure retraitée et de professeure associée? A la rédaction d'un ouvrage consacré à la théorie du sens dans le domaine visuel qui devrait être terminé, sauf imprévu, d'ici un an et demie. Mais aussi à lire, discuter, voyager, confronter ses vues à l'occasion de congrès internationaux où elle est invitée...

Elle avait surtout besoin de temps pour écrire. Ayant fait ce choix, elle a dû mettre de côté le contact quotidien avec les étudiants: une drogue, dit-elle. Elle n'en est pas encore sevrée. "L'enseignement est une aventure extraordinaire, ayant une dimension humaine très forte. C'est une vie qui confronte une autre vie: les étudiants cherchent à se réaliser, à comprendre; et nous cherchons à leur faire comprendre notre propre expérience de vie..."

Fernande Saint-Martin perçoit aussi comme une chance exceptionnelle d'avoir été accueillie au doctorat en sémiologie: "Il y a en recherche autant de création qu'en art, soutient-elle. C'est la possibilité de proposer quelque chose que les gens n'ont jamais vu ou entendu. Faire de la recherche, c'est se mettre en contradiction avec ce qui nous entoure et avec les orthodoxies qui veulent se maintenir. Mais c'est aussi choisir le dialogue..."

Professeure et chercheure, sémiologue réputée de par le monde, historienne de l'art, écrivaine, muséologue, journaliste: on ne sait trop comment désigner Fernande Saint-martin, elle qui a été tout cela et bien davantage, qui est membre de l'Académie canadienne-française et récipiendaire d'une foule de prix prestigieux. Elle a au fond consacré toute sa vie professsionnelle au domaine de la communication.