Numéro 9,
13 janvier 1997


Trois productions étudiantes

Trois productions étudiantes, réalisées dans le cadre des cours SPECTACLE et PRODUCTION DIRIGÉE II, ont marqué en décembre la fin de session au département de théâtre, tel qu'illustré ci-dessous. Si les deux types de projets, qui s'inscrivent dans la démarche pédagogique des étudiants, sont réalisées sous la direction de metteurs en scène professionnels, notons que SPECTACLE est réservé aux seuls finissants. Dans les deux cas, les étudiants sont choisis sur audition.


Le mobile de l'amour

Écrite et mise en scène par Gilbert Turp, chargé de cours, la pièce Le mobile de l'amour proposait 45 variations sur ce thème. Comment saisir l'amour, demande l'auteur, alors que sa représentation ne saurait être ni fixe ni finie? "Je ne prétendais pas écrire une somme des amours possibles. Mais raconter plutôt l'histoire d'une traversée au regard changeant, baroque, sur le désir en allée." Les spectateurs en ont eu plein la vue: des acrobates jonglant avec l'amour, des magiciens tentant de la faire apparaître ou disparaître, des équilibristes en perte de contrôle, des clowns fatigués... Ont travaillé à cette Production dirigée II les étudiants Anik Beaudoin, Alexandre Bisping, Michel Carrières, Marie-Hélène Castonguay, Caroline Ferland, Annie Fontaine, Nadia Gilbert, Mélanie Jolin, Julie Levesque, Mélanie Martin, François Mercure, Karine Poulin, Julie Richard, Christian-Paul Robitaille, Marie-Soleil Roy, Andrée St-Laurent, Charles Tanguay et Giacoma Trantadué. Au studio d'essai Claude-Gauvreau.





La tragédie d'Hamlet prince de Danemark

Cette pièce, la plus connue des oeuvres de William Shakespeare, a fait l'objet d'une adaptation libre pour comédiens et marionnettes. Elle a été mise en scène par Marthe Adam, chargée de cours, qui souhaitait ainsi "mettre en jeu la tension physique et psychologique créée par la rencontre de l'animé et de l'inanimé, l'acteur et la marionnette", et "...exposer avec intensité le conflit intérieur d'Hamlet face à son propre desstin tragique amorcé par la mort de son père bien-aimé et par l'atmosphère de complots qui se trame autour de lui." Ont oeuvré à cette Production dirigée II, à divers titres, les étudiants suivants: Patricia Bergeron, Myriam Brunel, Diane Choquette, Anne-Sophie da Silva, Yannis Deschênes, Michèle Desmeules, José Dupuis, Gabriel Lalande, Denis Larrivée, Alexandre Martin (pour l'adaptation), Isabelle Picard, Patrick Sanschagrin, Caroline St-Denis, Isabelle Thivierge et Catherine Trottier. Les marionnettes ont été réalisées par les étudiants et étudiantes du cours Atelier de création: fabrication de marionnettes, sous la direction de Marthe Adam assistée de Thérèse Dion. Au Studio d'essai Claude-Gauvreau.





Paysage du corps

"Production SPECTACLE" mise en scène par la professeure Martine Beaulne, la pièce Paysage du corps proposait une version québécoise de Landscape of the Body, de l'auteur américain John Guare. Dans cette intrigue policière new-yorkaise où les sujets du drame sont la famille et la mort, les personnages trempent dans un étrange climat de menace, de violence contenue et de proximité constante de la mort. Un texte urbain, donc, où s'entremêlent ironie et lucidité. "J'ai voulu comprendre de manière plus sensible cette détresse humaine, écrit la metteure en scène, pour mieux envisager une possiblité d'espoir et de changement". Dix-sept étudiants y ont participé à divers titres: Normand Boucher, Christine Cadet, Suzanne Desmeules, Nina Duval, Stéphanie Franche, Paul-Patrick Hébert, Nicolas Jobin, Vincent Legault, Luc Malette, Céline Marceau, Ève Meilleur, Shanda Pall et Jérémie Verrette; à la musique: Jean-François Bolduc, Daniel Bonin, Serge Hamelin et Stéphane Landry. Au studio-théâtre Alfred-Laliberté.